Le Signe du Chaos
( Le Cycle des Princes d'Ambre 8 )
de Roger Zelazny
aux éditions Folio SF
Genre : Fantasy

Auteurs : Roger Zelazny
Traduction : Jean-Pierre Pugi
Date de parution : octobre 2001 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 276
Titre en vo : Sign of chaos
Parution en vo : janvier 1987

Lire tous les articles concernant Roger Zelazny

Un huitième tome passionnant bourré de délires...

Huitième épisode du Cycle des Princes d’Ambre, Le Signe du Chaos renoue enfin avec tout ce qui a fait des cinq premiers épisodes un petit bijou de la fantasy.

Résumé..

Petit retour en arrière : à la fin du dernier épisode, Merle est parvenu à délivrer Yasra, la mère de son cousin Luke, de son propre château dans lequel la retenait prisonnière son ancien disciple, et l’a ramenée en Ambre. Montrant ainsi à son cousin et ami de toujours qu’il ne lui en veut pas d’avoir tenté de l’éliminer à plusieurs reprises (on pardonne beaucoup de chose en Ambre à condition qu’elles aient été motivées par des arguments politiques), Merle ne va toutefois pas jusqu’à mettre en danger le reste de sa famille et conserve cette ennemie reconnue des Princes d’Ambre, sous l’emprise du charme d’immobilisation totale dans lequel elle est plongée (ce qui a également l’avantage de lui fournir un nouveau portemanteau gratos). Pensant être arrivé à un de ces moments trop rares pendant lequel il peut se reposer, Merle se retrouve dans son propre salon face à un Atout vivant qui l’entraîne contre son gré dans un bar très mal fréquenté …

Le Signe du Chaos débute dans ce bar. Les aventures diverses et variées que Merle a vécu jusqu’ici ne l’ont toutefois pas préparé à affronter la faune locale.

Chat goguenard et Bandersnatch Frumieux

Outre un chat goguenard ayant la désagréable habitude d’apparaître et de disparaître autour d’une dentition remarquable qui le précède toujours de quelques secondes, et d’une chenille qui fume un narguilé paresseusement vautrée sur un champignon (ne vous inquiétez pas ça lui rappelle quelque chose à lui aussi), de curieux monstres aux noms imprononçables (un Bandersnatch Frumieux par exemple) s’empressent de lui souhaiter la bienvenue. Quelque peu décontenancé par cet univers sur lequel il n’a aucune emprise, il retrouve rapidement ses repères lorsqu’un Ange Igné (Démon traditionnel des Cours du Chaos) y fait son apparition.

Un vrai plaisir...

Arrivé là vous êtes fichu. Vous vous êtes laissé prendre une nouvelle fois dans la folle histoire du Cycle d’Ambre. L’intrusion des personnages dans l’univers délirant de Lewis Carrol redonne un second souffle à l’intrigue. Elle retrouve les éléments qui nous avaient fait craquer dans la première partie et qui, jusqu’ici, manquaient cruellement dans la seconde : le dépaysement total et la maîtrise parfaite de l’auteur sur sa folle imagination.
En résumé, cette fois ci Zelazny se lâche et c’est un vrai plaisir….

Claire Bauchat