Léviathan : La Chute
( Léviathan 1 )
de Lionel Davoust
aux éditions DonQuichotte
Genre : Thriller
Sous-genres :
  • Fantastique

Auteurs : Lionel Davoust
Couverture : Alexandre Fort
Date de parution : septembre 2011 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 403
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Lionel Davoust

La force des traumatismes

Lionel Davoust est né en France en 1978. Après des études d’ingénieur en Halieutique, il occupe des fonctions d’éditorialiste (Asphodale) et ensuite de traducteur (éditions l’Atalante). Il se consacre depuis dix ans à la littérature, avec plusieurs nouvelles à son actif dont la très remarquée L’Ile close. Il aime suivre des chemins détournés et souvent reconnus impraticables, à l’image de ses héros. Son premier roman, La volonté du Dragon, est sorti aux éditions Critic.

La plus belle aventure est son esprit


1984 : une tempête gigantesque surprend le ferry Queen of Alberta et tous ses passagers. Après le naufrage du navire, rares sont les rescapés. Michel, sept ans, en fait partie, il vient de perdre ses parents sous ses yeux. Nous le retrouvons en 2011 avec toujours le traumatisme de cette effroyable soirée. Devenu chercheur en biologie marine, sa vie professionnelle et surtout son désir d’en découdre avec sa peur et sa fascination morbide de la mer le poussent à participer à une expédition polaire. L’ Antarctique et ses dangers l’attendent ainsi que cette mer qui lui a volé toute son enfance. Malgré la culpabilité de laisser les siens, les conseils de ses amis et confrères, ainsi que la peur de l’élément liquide, Michel décide de partir vers l’inconnu.

Mais dans l’ombre veille depuis si longtemps une organisation séculaire aux pouvoirs hors du commun, qui cherche à empêcher le jeune chercheur de rejoindre l’Antarctique et reprendre la mer... De complots en machinations, de trahisons en tueurs occultes, Michel va devoir faire appel à toutes ses forces pour réussir à vaincre ses traumatismes et ses adversaires.

 Thriller psychologique au goût iodé


Ce premier volet d’une trilogie, intitulée Léviathan, frappe fort, très fort dès le départ. En effet le roman vous prend aux tripes sans jamais relâcher la pression. L’auteur va emmener le lecteur dans un monde dur et sans compromis. Dès le début l’action est forte et la tension présente. L’intrigue est extrêmement bien ficelée, elle va de rebondissements en trahisons ou de complots machiavéliques en quêtes initiatiques.

Il n’existe pas de lutte manichéenne entre le bien et le mal, mais plutôt une guerre sans merci entre la Main Droite et la Main Gauche (de Dieu ?...). Deux factions occultes aux pouvoirs prodigieux qui transcendent les capacités humaines. Chacune ayant un but bien précis et aucune limite ou sentiment envers le reste de la population terrestre. Cela rappelle par certains côtés L’échiquier du Mal de Dan Simmons (1989).
 
Au milieu, dans l’œil même de ce cyclone fantastique se trouve Michel, qui fait office de repère au milieu de l’intrigue qui comporte beaucoup d’éléments étranges. Pourtant il n’est pas exempt de tourments. En effet il est torturé après la mort tragique de ses parents devant ses yeux en plein naufrage à l’âge de sept ans. Aujourd’hui encore, malgré ses trente-quatre ans, il porte toujours en lui le traumatisme de cette nuit infernale. La phobie de la mer est extrêmement délicate pour lui. Une mention particulière pour les différents cauchemars qui se trouvent dans le roman, très bien décrits, ils sont l’un des points forts de ce livre. Toute une partie de l’histoire est basée sur ce combat contre lui-même, son choix de partir vers l’Antarctique et surtout de reprendre la mer. Avec autour de lui une ronde insidieuse qui tente pour certains de le dissuader et pour d’autres de le pousser vers un destin qui lui a été ravi il y a longtemps.

Ce premier tome mélange les genres, il tient du thriller et de la quête initiatique. Avec en toile de fond une histoire d’amour faussée dès le départ entre une femme et un homme blessés. Chacun ayant besoin de l’autre pour avancer, chacun cachant de lourds secrets ou drames à l’autre, ce qui apporte une touche plus intime dans les rares moments de calme de cette histoire.

Lionel Davoust signe là un roman haletant qui jamais ne vous lâchera, le suspense est parfaitement maîtrisé et cela jusqu’à la dernière page. J’ai fini ce premier volet presque essoufflé et j’attends la suite avec beaucoup d’impatience....

Yann Blanchard

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.