Si même les arbres meurent
de Jeanne Benameur
aux éditions Thierry Magnier ,
collection Romans
Genre : Littérature générale
Sous-genres :
  • Drame

Auteurs : Jeanne Benameur
Date de parution : septembre 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 112
Age minimum : 10 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Jeanne Benameur

La chronique écrite de Gwenn, 12 ans.

L’auteure
 
Jeanne Benameur est aussi professeur d’écriture et s’occupe régulièrement de jeunes élèves. Elle apprécie les jeunes enfants et leur à même dédié son métier, écrivaine de littérature pour enfants.

Elle a reçu le prix "12/17" pour "Si même les arbres meurent" en 2001.

Elle a également reçu le Grand prix des jeunes lecteurs de la PEEP pour "Samira des quatre-routes" en 1993, le prix UNICEF pour "Les demeurées" en 2001, le prix Edouard Leclerc du roman jeunesse pour "La boutique jaune" en 2003, le prix du roman d’entreprise pour "Les insurrections singulières" en 2012.
 
 
L’histoire

Céline et Mathieu sont frère et sœur. Le père ’’Grand-Aigle’’ est dans le coma et les 2 enfants se retrouvent seul avec leur mère.
Commence alors pour les enfants un long temps de réadaptation en attendant que leur père fasse un signe de vie, sur son visage désormais si froid et revienne.

Pour oublier la douleur et le vide que celui-ci a laissé, Céline dit ’’Petite Montagne’’ et Mathieu dit ’’Aigle Brun’’ ont créé un monde ou le chemin de ’’Grand Aigle’’ ne s’arrête pas.

Mon avis

Cette histoire est profondément triste, mais tout au long du livre nous vivons l’espoir et l’espérance de cette famille qui attend que le drame qui s’est abattu sur eux parte.
Les enfants et leur mère perdent peu à peu une personne cher à leurs yeux.

Mathieu veut paraître fort pour sa petite sœur et sa mère, mais est aussi prit d’une grande douleur.
Chaque personne de cette famille ou la joie n’y est plus et ou l’absence le leur père et époux est pesante et douloureuse ils continueront à respirer et à vivre avec dans leur souvenir les yeux si vert de ’’Grand Aigle’’.


Ce livre est un bel ouvrage plein de sensibilité et de tristesse.

Il est court et facile à lire.
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.