Sur les ailes du chant
( 1 )
de Thomas M. Disch
aux éditions Folio SF ,
collection SF
Genre : SF

Auteurs : Thomas M. Disch
Couverture : Barret Forster
Traduction : Jean Bonnefoy
Date de parution : mars 2001 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Thomas M. Disch

Un roman de Thomas Disch un peu troublant par son manque de finalité.

Avec 50 volumes en un peu plus de 6 mois, la collection SF des éditions Folio est éclectique. Dans son catalogue, on trouve des piliers comme Asimov, Dick ou Zelazny, mais aussi des auteurs beaucoup moins connus. Dans le cas de Thomas Disch, c’est quasiment de l’ignorance. Combien de lecteurs se souviennent encore de ses romans publiés en France dans les années 70 et 80 ? Des romans noirs et des lendemains qui déchantent comme on peut le découvrir dans cette réédition de Sur les ailes du chant

Une biographie.

Plus qu’un simple roman, ce livre est quasiment une biographie. Disch nous invite à suivre la trajectoire sinueuse de Daniel, un jeune homme bien comme il faut dans un état de l’Iowa imaginaire. Son objectif dans la vie est assez simple : voler hors de son corps. En chantant et à l’aide d’un amplificateur, on peut s’élever de sa carcasse humaine et voir son esprit s’envoler. La sensation de liberté est enivrante. Malheureusement pour Daniel, voler est une chose interdite dans l’Iowa (une région intolérante au possible et très conservatrice) et tout le monde n’y arrive pas systématiquement. Malgré les années et les péripéties (un petit tour en prison, de la prostitution…), notre héros n’abandonnera pourtant jamais l’espoir d’y arriver. Le chemin sera juste très très long et difficile.

Disch perd son lecteur.

Cette trame est loin d’être évidente. En fait, le vol passe à l’arrière plan de l’histoire la plupart du temps. Les péripéties de Daniel sur plusieurs années n’ont pas l’air d’avoir un but final. Sa première préoccupation est avant tout de survivre, avec de temps en temps quelques rares tentatives pour s’envoler. Très franchement, on a le sentiment que Disch se perd dans le quotidien de son héros et perd par la même occasion le lecteur. Bref, il manque un petit quelque chose à ce livre pour le rendre vraiment passionnant. Cela ne veut pas dire que sa lecture n’est pas agréable et n’en ravira pas certains. Les autres seront sans doute un peu déçus.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.