Noir Duo
de Sylvie Miller et Philippe Ward
aux éditions Rivière Blanche
Genre : SF

Auteurs : Sylvie Miller , Philippe Ward
Couverture : Guillermo Vidal
Date de parution : décembre 2007 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Recueil
Nombre de pages : 290
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Sylvie Miller ou Philippe Ward

Noir plaisir pour une initiative haute en couleur

Si l’écriture est souvent une traversée en solitaire, il est parfois des histoires d’amitiés durables. Les liens et le parcours de Sylvie Miller et Philippe Ward en sont le parfait exemple. Ensemble, ils ont écrit plusieurs nouvelles (sans pour autant se priver d’aventures en solo) et un roman, Le Chant de Monségur chez Cylibris en 2001. Férue de SF de langue espagnole, Sylvie Miller traduit également depuis plusieurs années des nouvelles pour différentes revues et anthologies. Des textes qu’elle a pour une partie d’entre eux regroupés dans deux belles anthologies chez Rivière Blanche (que Philippe Ward dirige) : Dimension Espagne et Dimension Latino. Rien d’étonnant donc à les voir publier ce recueil à quatre mains, regroupant des récits en commun mais aussi des nouvelles écrites par l’un ou par l’autre. Et comme ces deux là sont un peu fous, ils ont demandé à 113 acteurs et amis du monde de la SF en France de rédiger chacun un petit mot en guise de préface, obtenant une soixantaine de pages pour ouvrir leur livre. Une initiative amusante et un véritable plébiscite pour leurs activités en faveur de la science fiction.
 
Du texte et du fond
 
Mais derrière cette idée plutôt sympathique pleine de rires, d’hommages et d’amitiés, on trouve une quinzaine de nouvelles relevant pour la plupart de la SF et du Fantastique. Évidemment au programme, une agréable diversité. Le sommaire reflète leurs goûts, leurs préoccupations, leurs idées, jouant parfois sur le registre de l’émotion ou celui du rire. Côté rire et légèreté, on signalera la nouvelle Un futur Inimitable dans lequel un jeune homme parvient à déjouer une invasion extraterrestre avec une arme improbable. C’est la première histoire mélangeant Science Fiction et gastronomie ! A noter également la légèreté de Pas de Pitié pour les pachas dans lequel un détective est chargé d’une mission par une déesse égyptienne elle-même. Sylvie Miller et Philippe Ward y ont imaginé un monde délirant dans lequel les dieux ont toujours leur mot à dire dans nos affaires humaines. Et puis ne manquez pas non plus Tout s’achète et tout se vend, un texte particulièrement grinçant, et Martha, l’interrogatoire d’une drôle de professeur un peu âgée à propos de la mort d’une de ses jeunes étudiantes.
 
Côté « sérieux », on ne saurait que trop conseiller L’ombre, le récit de colons envoyés sur Mars et décimés par une étrange maladie. Il y a aussi Les Chemins de l’esprit avec la liberté que croit avoir retrouvé un ancien taulard sur les routes de St Jacques de Compostelle. Ventres d’airain est un texte sur la maternité, un texte assez dur avec celles qui peuvent garder leur bébé à la naissance et les autres, considérés comme de simples ventres. On notera également deux bons textes sur la condition d’auteurs, le premier Prorata Temporis avec un vendeur de temps pour ceux qui veulent en faire toujours plus et tenir leurs délais, et le second, After Midnight sur une jeune écrivain tenue de rendre une nouvelle dans l’urgence.
 
De la qualité
 
Au-delà du simple plaisir de voir cet ouvrage sortir (pour son originalité avec sa folle préface et pour ses deux adorables auteurs), la bonne surprise de Noir Duo, c’est la qualité évidente des textes. Derrière l’humour parfois grinçant et la diversité des histoires, il y a deux véritables plumes qu’on ne saurait que trop vous recommander. Leurs univers sont souvent passionnants et on plonge dans chaque nouvelle avec délice, savourant leur humour et leurs mots. On sent deux auteurs en osmose malgré leurs différences et qui ont un véritable bonheur à travailler ensemble. C’est l’exemple même de ce que peut apporter la micro-édition comme le fait Rivière Blanche : un projet un peu décalé (assez sans doute pour qu’aucun éditeur plus gros n’en prenne le risque) pour un livre de qualité et un beau moment de lecture. Voilà toute sa justification. Une bonne idée pour bien commencer l’année en souhaitant à Sylvie Miller et Philippe Ward de faire encore d’aussi beaux textes et de continuer à oeuvrer pour la Science Fiction chacun dans leurs projets.

Jérôme Vincent