interview 2018 : Sullivan Rouaud pour HiComic

aux éditions
Genre : Interview
Sous-genres :
  • bande dessinée

Date de parution : mars 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Sullivan Rouaud, le directeur d’édition de HiComics, répond à nos questions sur cette nouvelle collection BD chez Bragelonne

ActuSF : Vous êtes le directeur d’édition de HiComics chez Bragelonne. Il y avait déjà une précédente collection de bandes-dessinées il y a quelques années avec Milady Graphics. Pourquoi cette collection a finalement été arrêtée ? Et qu’est-ce qui vous incité à lancer aujourd’hui HiComics ?

Sullivan Rouaud : Bonjour ActuSF, merci de l’invitation ! Concernant l’arrêt de Milady Graphics, celui-ci est en réalité tout récent puisque je me souviens avoir fait les relectures de Tales from the Dark Side de Joe Hill (Locke & Key…) lors de mon arrivée chez Bragelonne. Le label a simplement diminué sa production ces dernières années devant la charge de travail imposée par toutes les autres productions Bragelonne, et je suis arrivé en renfort pour relancer cette belle machine. HiComics est né de l’envie de continuer à publier d’excellents titres indés qui ne pourraient pas forcément être publiés partout, mais aussi de travailler deux licences super excitantes à l’image de Rick & Morty et Les Tortues Ninja. Nous sommes sur une vingtaine de titres à l’année, et le but est vraiment de proposer aux lecteurs de suivre une Collection (avec un grand C), puisque je suis persuadé que d’une manière ou d’une autre, nos titres sont tous intimement liés.

ActuSF : Milady Graphics avait publié de belles petites, comme le Locke and Key de Joe Hill et Gabriel Rodriguez, ou encore Scott Pilgrim de Bryan Lee O’Malley. Va-t-on les retrouver dans HiComics ? Quelle va être la ligne éditoriale de cette collection ?

Sullivan Rouaud : Bien sûr, HiComics ne peut pas se passer des classiques de Milady. Ainsi, nous proposons cette année une republication complète de Locke & Key en 6 Tomes au rythme d’un tome par mois à partir de Mai et, cerise sur le gâteau, nous publierons le septième et dernier tome de la série, qui peut faire office de Tome 0 et/ou de petit spin-off, mais qui permet de conclure quelques intrigues clés de l’histoire de Joe Hill et Gab’Rod. Scott Pilgrim sera notre grosse republication de 2019, et on commence à mettre des noms sur les éventualités de 2020, avec quelques titres Milady Graphics qui me sont réclamés presque tous les jours depuis plus d’un an. La première republication est d’ailleurs dès Avril de cette année, puisque je débute celles-ci avec « La Trilogie Warren Ellis », qui regroupe les excellents No Hero (son Kick-Ass), Supergod (sa relecture de Superman) et Black Summer (son Watchmen). C’est une trilogie qui m’a beaucoup marqué en tant que lecteur quand j’étais de l’autre côté, et je suis ravi de pouvoir travailler les titres d’un de mes auteurs préférés.

ActuSF : La collection proposera-telle uniquement de la traduction. Y aura-t-il des auteurs francophones ? De l’inédit français ?

Sullivan Rouaud  : C’est une question que l’on se pose. Je ne peux rien promettre pour le moment parce que nous bouclons tout juste notre phase de lancement et qu’il y a encore beaucoup de choses à faire avant de pouvoir y accorder le temps nécessaire, mais j’ai reçu quelques projets intéressants venus des US et de France, et j’ai un projet un peu secret sur les Tortues que je rêverais de concrétiser et de renvoyer aux États-Unis ensuite. Mais il est encore trop tôt pour en parler et pour l’instant, nous n’allons publier que de la localisation en 2018.

"Scott Pilgrim sera notre grosse republication de 2019" 

ActuSF : Pour lancer la collection en février, vous nous proposez plusieurs titres : The Few, de Sean Lewis et Hayden Sherman, The Invisible Republic de de Gabriel Hardman et Corinna Bechko et Rick & Morty de Zac Gorman. Pouvez-vous nos présenter ces titres, s’il vous plait ?

Sullivan Rouaud : C’est malheureusement trop complexe de résumer The Few et Invisible Republic en quelques mots mais je crois que les titres appuient cette idée de collection que je mentionnais plus haut. Tous deux sont très politiques à leur manière, The Few a plus un aspect Graphic Novel en plus d’être un one-shot peut-être plus « radicale » qu’Invisible Republic, mais le second est une série passionnante, parfois âpre mais toujours très pertinente lorsqu’il s’agit d’évoquer les questions du lanceur d’alerte, de la difficulté de gouverner et des secrets d’état déterrés, Ce sont deux bouquins cruciaux pour moi, dans la mesure où leur discours se suffit à lui-même et qu’ils n’ont pas besoin d’être expliqués pour être mieux compris, les auteurs ont parfaitement ciselé ce qu’ils voulaient raconter. La différence formelle se fait aussi et surtout dans le dessin, puisque celui d’Hayden Sherman (The Few) est plus abstrait et plus proche du génial Ashley Wood que celui de Gabriel Hardman (Invisible Republic), qui est depuis longtemps l’une des valeurs sûres de Marvel et DC.

ActuSF : Après cette première salve de titres, quelle seront les prochaines publications de HiComics ?

Sullivan Rouaud : C’est un secret de polichinelle, mais Mars sera consacré au retour des Tortues Ninja, et on a BEAUCOUP de choses prévues à cette occasion, à commencer par la tournée française de Mateus Santolouco fin mars. Par la suite, ce sera donc la trilogie Warren Ellis, puis une autre sortie majeure cette année avec I Kill Giants, superbe graphic novel de Joe Kelly et JM Ken Niimura, qui est adapté au cinéma et qui sort le 6 Juin chez nos partenaires de The Jokers. Là aussi on prépare beaucoup de choses, avec la venue des auteurs et du réalisateur, des séances exceptionnelles sur Nantes et Paris et j’en passe. Puis, parce que ça me tient à coeur, quatre de mes chouchous indés cette année (je suis incapable de dire que j’en préfère l’un à l’autre, ce sont tous mes bébés) : Maestros de Steve Skroce, Generation Gone d’Ales Kot, Shirtless Bear Fighter de Leheup, Girner et Vendrell et Scales & Scoundrels de Sebastian Girner et Galaad. De la magie entre Garth Ennis et Terry Pratchett, des adolescents à superpouvoirs au coeur d’une conspiration gouvernementale, un hommage au cinéma des 80’s avec un homme torse nu qui frappe des Ours malfaisants et un titre Fantasy All-Ages. Impossible de ne pas s’éclater avec un programme aussi éclectique !

ActuSF : On dit du marché des littératures de fantasy et de science-fiction qu’il est très « encombré », en surproduction… Qu’en est-il du marché du comics en France ? Et de la BD plus en général ?

Sullivan Rouaud : Je ne vais pas me dédire, il est vrai que le marché de la BD, et particulièrement celui des Comics, est engorgé de surproduction. C’est aussi la raison pour laquelle on débarque sur ce marché avec une collection modeste en termes de taille, et riche en termes de qualité. L’idée n’est pas de couper plus d’arbres pour mieux pilonner, mais de faire des bouquins qui seront lus et aimés, dans le respect de leurs auteurs que l’on fait tout pour chérir. Je ne suis pas sûr que qui que ce soit ait la solution face à la surproduction à l’exception d’une décroissance spectaculaire, qui n’a évidemment aucune chance de se produire du jour au lendemain. En revanche je m’engage auprès des lecteurs : si vous arrivez à m’expliquer pourquoi vous n’aimez pas tel ou tel titre de notre collection et que c’est légitime à mes yeux, j’échange votre album contre celui de votre choix de ma collection. Non, en vérité j’ai juste vraiment confiance dans ce qu’on fait et je souhaite surtout à tout le monde de trouver sa place sur le marché, après avoir moi-même longtemps flippé. Que la meilleure BD gagne, c’est le plus important.

"C’est un secret de polichinelle, mais Mars sera consacré au retour des Tortues Ninja"

ActuSF : Pour conclure : LE titre à paraitre cette année chez HiCOmics et qu’il ne faudra pas manquer, c’est lequel pour vous ?

Sullivan Rouaud : Ah mince, je me suis juré plus haut de ne pas faire ce genre de choix cornélien. Si je devais en choisir UNE seule, ce serait Maestros parce que je suis hyper sensible à l’humour britannique du titre, et que c’est dessiné par Steve Skroce, qui était l’un de mes idoles lorsqu’il officiait comme story-boarder sur Matrix, et que c’est l’un des artistes qui m’a fait comprendre toute l’importance et la spécificité du dessin. Rien que pour tout ça, je lui dois bien de le mettre tout là haut au sein de ma petite collection !

Merci beaucoup pour l’opportunité, et à bientôt à tous les lecteurs d’ActuSF !

 

Jean-Laurent Del Socorro