- le  

Angelic Layer

Clamp ( Auteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Japonais
Aux éditions : 
Date de parution : 31/07/2001  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Angelic Layer

Clamp. Un nom relativement énigmatique pour un auteur derrière lequel se cache en réalité quatre jeunes femmes : Satsuki Igarashi, Nanase Ohkawa, Mick Nekoi et Mokona Apapa. Un quatuor devenu depuis sa formation à la fin des années 80, l’un des plus grands studio de la bande dessinée japonaise avec des titres tels que Tokyo Babylon, X 1999, ou RG Veda. Les quatre mangaka, qui nous avaient habituées à des titres plutôt shôjo*, se livrent à un autre exercice avec Angelic Layer.
 
Bienvenue dans le monde d’Angelic Layer.
 
Misaki Suzuhara a treize ans. Elle arrive pour la première fois à Tokyo où elle doit entrer dans une nouvelle école. A peine descendue du train, la jeune fille assiste à une retransmission télévisée de combats d’un nouveau genre : deux jeunes femmes en armure s’affrontent à coups de techniques d’arts martiaux et de boules de feux. Il s’agit en réalité de jouets appelés « Anges », contrôlés par leurs propriétaires qui les font s’affronter dans « l’Angelic Layer ». Fascinée, Misaki s’empresse d’acquérir et de se fabriquer une de ces poupées. Aidée par monsieur It’Chan, et ses nouveaux camarades de classe, Kotarô Kobayashi et Tamayo Kizaki, Misaki fera sa première incursion dans le monde des tournois d’Angelic Layer. Son premier grand combat l’opposera d’ailleurs à Hatoko Kobayashi, la petite sœur de Kotarô, une prodige de l’Angelic Layer et grande favorite du tournoi…
 
Pokémon avec des poupées.
 
Angelic Layer s’adresse clairement aux jeunes lecteurs. Et plus précisément aux jeunes filles. En effet vu comme ça (des collégiennes qui organisent des combats de poupées), difficile de se dire qu’un autre public est visé, le but étant de devenir le pendant féminin des célébrissimes Pokémon et autres mangas où s’affrontent de jeunes gens à coups de combats virtuels (Yu-Gi-Oh, notamment).
Pourtant, Angelic Layer reste un savant mélange de shôjo (pour ses héroïnes) et de shônen** (pour sa structure narrative et ses combats). Ce premier tome installe clairement les bases du monde d’Angelic Layer et le but de l’héroïne : devenir avec Lumina, sa poupée, une championne de l’Angelic Layer. Et comme dans tout bon shônen, on se doute que la route sera longue et semée d’embûches, le prix à payer pour réaliser ses rêves.
Le graphisme reste très soigné, comme toujours avec Clamp, même si l’on perçoit une certaine volonté de s’attribuer les faveurs des jeunes avec un design beaucoup moins épuré que dans leurs précédentes œuvres. Les dessinatrices laissent également libre cours à toute sortes de délires visuels, avec un humour omniprésent en la présence de monsieur It’Chan (qui « en toutes circonstances garde toujours le sourire »), ce qui le rend le tout agréable à lire, pour les jeunes… et pour moi.
 
 
*shôjo : manga sentimentaux pour jeunes filles
** shônen : manga pour adolescents
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?