- le  

Calvin et Hobbes en couleurs !

Bill Watterson ( Auteur), Nicolas Richard (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : 
Date de parution : 30/09/2008  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Calvin et Hobbes en couleurs !

Qui ne connaît pas Calvin et Hobbes, les personnages créés par Bill Watterson dont il aura narré les aventures sous forme de strips dans les quotidiens américains pendant plus de dix ans ? De 1985 à 1996, Watterson a inventé une vie trépidante à ce garçon de six ans proprement invivable mais d'un bagout hors norme, et à son tigre en peluche, Hobbes, qui prend vie dans son imagination débordante. En France, on a pu les découvrir à travers vingt-quatre albums parus aux éditions Hors Collection (désormais regroupés en douze intégrales).

Lorsque Watterson décida d'arrêter la BD pour se consacrer à d'autres arts comme la peinture ou la musique, il fallut se rendre à l'évidence : Calvin et Hobbes ne vivront plus d'autres étés paisibles, d'autres journées catastrophiques à l'école, et ne feront plus de bêtises à faire hurler les parents du petit garçon. Alors, qu'est donc ce Calvin et Hobbes en couleur ! apparu sur les rayons à la rentrée 2008, toujours chez Hors Collection ? Et surtout, pourquoi en parler ici, alors qu'à l'évidence il ne s'agit pas de nos genres de prédilection ?

Le voile levé sur le travail du maître

À la première question, la réponse est la suivante : en 2001, Watterson eut les honneurs d'une exposition aux archives de la bande dessinée de l'université d'état de l'Ohio. Cette exposition présenta une série d'originaux des « pages du dimanche » (les strips publiés le... dimanche !). Elles sont reprises dans cet ouvrage avec, pour chaque planche, la reproduction de l'original en anglais (avec les ratures originales et les traces de tippex originales !), et à côté la reproduction en couleur (et en français, pour la présente édition). Que l'on ne s'y trompe pas : il ne s'agit pas d'une opération bassement commerciale avec pour dommage collatéral de dénaturer le travail de l'auteur. La colorisation a en effet été réalisée par Watterson lui-même, puisque les pages du dimanche étaient imprimées en couleur à leur parution dans les journaux.

On peut donc suivre l'évolution graphique de l'auteur au fil des ans et voir son trait s'affiner. On peut surtout admirer son utilisation de la couleur, qui ne relève pas du simple gadget : celle-ci sert à reproduire des ambiances (pour la nuit par exemple, ou les explorations spatiales imaginaires de Calvin), Watterson adaptant sa palette de tons à chaque situation.

Un autre très gros point fort de cet ouvrage de presque cent pages est qu'il ne se contente pas de nous présenter les planches telles quelles : celles-ci sont agrémentées des commentaires de Watterson et d'une longue préface (sept pages) dans laquelle on apprend énormément de choses. Sur la technique, par exemple. Ou sur les contraintes liées à la publication dans les quotidiens, soumise à des problèmes de place amenant les rédacteurs en chef à supprimer les premières cases des pages du dimanche. Ce qui stimulait Watterson pour trouver des astuces afin d'utiliser au mieux l'espace à sa disposition, réussir à imprimer un dynamisme à ses histoires en très peu de cases. Proprement édifiant. Il aura ainsi eu à batailler pendant des années pour conserver la maîtrise du format. Il se sera également battu pour échapper à la folie du merchandising, ce qu'il a réussi au final puisque vous ne trouverez nulle part de t-shirt officiel à l'effigie de Calvin.

Bref, c'est tout simplement passionnant. Les fans de Calvin et Hobbes ne pourront qu'être à la fois ravis et captivés par les commentaires et anecdotes de Watterson qui ne sont pas une quantité négligeable. Ils retrouveront également, bien sûr, les histoires de leurs héros préférés dont nous allons parler à l'instant.

En avant, tête de thon !

Car il est temps maintenant de répondre à la deuxième question. Si les strips de Calvin et Hobbes n'ont rien de science-fictionnesque, il se trouve que Calvin déborde d'imagination. Déjà, pour lui, Hobbes est une vraie personne, et s'il a l'apparence d'une peluche lorsque Calvin est en public, il devient un vrai tigre de cartoon dans l'esprit de son maître lorsque celui-ci se retrouve seul. Ils inventent alors tout un tas d'histoires, de jeux et de bêtises pour passer le temps, ou tout simplement profiter d'une amitié profondément sincère – et passer le plus clair de leur temps à s'insulter et à se battre !

Ensuite, Calvin saute sur la moindre occasion pour échapper à un quotidien qui pour lui est une torture : l'école, les devoirs, ses parents, Rosaline la baby-sitter, sa jeune voisine Susie Derkins... Il utilise donc son imagination pour s'inventer d'autres vies. Il devient tour à tour dinosaure, pilote de ligne, explorateur spatial en proie aux plus effroyables extraterrestres... Il invente des machines qui lui permettent de voyager dans le temps, de se dupliquer ou de se rendre plus intelligent... Il imagine que les lois de la physique changent : plus de gravité, plus de troisième dimension, ou une réduction de son corps à la taille d'une fourmi...

Tout ceci ne l'empêche pas d'être étonnamment perspicace et philosophe pour un garçon de six ans. Il se lance ainsi dans de grandes réflexions sur la vie, l'univers et le reste, qu'il partage avec son tigre préféré. Le pire, c'est qu'on y croit ! On imagine sans peine que, sous ses airs de catastrophe ambulante, Calvin possède un réel esprit d'analyse. Certes, c'est derrière l'adulte Watterson qui parle, mais les thèmes abordés le sont avec tellement de finesse qu'on ne doute pas un instant de la vivacité d'esprit de Calvin. Cela le rend extrêmement touchant, en plus d'être drôle.

Car Calvin et Hobbes est avant tout une BD humoristique, qui fait mouche presque à chaque strip. Humour décalé, humour enfantin ou humour subtil – jamais vulgaire – on rit à chaque page, et ces pages du dimanche montrent certains des gags les plus réussis de la série. Est-il par ailleurs utile de préciser que cette BD peut être lue aussi bien par les enfants que par les adultes ?

Indispensable pour les fans, idéal pour les néophytes

Cet ouvrage est donc indispensable pour les fans de Calvin et Hobbes, qui y trouveront un complément instructif sur ces héros et leur dessinateur. De plus le livre est de belle facture et fait honneur à la qualité de la série. Pour les néophytes, ce sera l'occasion d'entrer par la grande porte dans l'univers décalé de Watterson, avec l'immense chance d'avoir tous les albums de Calvin et Hobbes à découvrir.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?