- le  

Cavalier Seul

Stéphanie Benson ( Auteur), Jérôme Bosch (Illustrateur de couverture)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 30/09/2002  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Cavalier Seul

Stéphanie Benson est une vielle routière du polar. Pour ne citer que quelques titres évoquons Un meurtre de Corbeaux (Rivages, collection noire), Le dossier Lazare (Rivages, collection noire), ou bien encore Crève de plaisanterie (Baleine collection Le Poulpe). On la connaît également pour ses livres à destination des plus jeunes (Zelna contre les vampires chez Milan) et le tome qu'elle a signé pour la collection Macno chez Baleine. Depuis octobre, elle s'est lancée dans une nouvelle série à mi-chemin entre le policier et le fantastique, sur fond de mal absolu et de destruction du monde.

Quand tout commence à déraper...

Al Teatro commence comme une intrigue policière des plus classiques avec deux trames : une unité d'Europole traque un tueur en série et un homme complètement fou est recruté par une secte. L'ensemble commence à déraper sérieusement lorsque l'on apprend que la secte en question fait partie d'une organisation pilotée par les pays du G8 pour détruire le monde. Pire le fou n'est autre que celui qui doit engendrer l'antéchrist. Pendant ce temps la folie semble s'emparer de la planète. Les meurtres se multiplient et la guerre mondiale s'approche à grands pas. Plongés dans ce maelström, Katz et son équipe de policiers auront bien du mal à arrêter le serial killer et se faisant enrayer la crise mondiale qui couve.

A lire de toute urgence

Avec ces deux premiers volumes, Stéphanie Benson nous offre un polar fantastique des plus sympathiques et des plus glauques. Elle joue avec la folie et l'horreur avec un certain brio et accroche le lecteur dès les premières pages par un ton et une plume percutante. Cela ressemble par moment à certains récits " trash " de Thomas Day, notamment dans le premier tome, exerçant sur nous une attirance un tantinet morbide. Ame sensible s'abstenir ! Alternant les personnages et les points de vue, Benson n'immisce le fantastique que petit à petit, mais de manière irréversible, de sorte que l'on sent bien l'ensemble déraper peu à peu. Un procédé qui permet une totale empathie avec les héros un peu paumés lorsque la machine s'emballe. Bref, Al Teatro est une excellente série qui se dévore avec plaisir. Chapeau bas madame Benson. En espér

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?