- le  

Crash sur South Central (1/2)

Antonio Sarchione (Dessinateur), Marc Sautriot (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/12/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Crash sur South Central (1/2)

Marc Sautriot est arrivé à la bande dessinée par le jeu de rôle. Dans ces deux types de réalisation, le scénario est important et relativement proche comme activité, surtout si l'univers traité est le même... En effet il a travaillé sur le jeu de rôle COPS avant de s'attaquer à la mise en bande dessinée d'histoires situées dans cet univers futuriste. Antonio Sarchione est dessinateur depuis plus d'une dizaine d'années en Italie, puis en France pour Soleil et Delcourt.

Tout un univers...

C.O.P.S. est un projet plutôt ambitieux lancé voici quelques années en France. Il s'agit de traiter sous forme de jeu de rôle un univers policier placé quelques années dans le futur, dans un Los Angeles séparé des USA depuis quelque temps et gangrené par la violence et la délinquance à tous les niveaux.

Dans ce monde au bord du chaos, quelques hommes tentent de maintenir un semblant d'ordre, des policiers appartenant au COPS. En ce qui concerne le jeu, les joueurs incarnent des membres de ces commandos. La BD reprend ce thème en suivant une équipe opérationnelle.

Dans un esprit de série télé

Sous ses deux formes d'expression, l'univers de COPS est traité sous le mode du feuilleton, à la manière de 24H. Une télévision omniprésente, qui balade le lecteur qui dispose à la fois de l'angle des médias et de la réalité du terrain pour apprécier l'histoire à différents niveaux.

Comme une série, l'adrénaline doit monter rapidement, les actions s'enchaîner sans temps mort pour atteindre rapidement (en 50 minutes) un final qui voit les bons trouver une forme de victoire sur leurs adversaires. Et comme tout bon feuilleton, une accroche pour la suite, sous forme d'une action plus lente, plus insidieuse, mise en place pour attirer le spectateur vers la suite.

Ambiance, ambiance...

Finalement, l'action n'est qu'un révélateur, un présentoir pour mettre en relief ce qui est réellement important, à savoir le monde dans lequel se situe l'aventure, ainsi que les protagonistes, leurs illusions, leurs peurs ou leurs émotions. Il est plus intéressant de regarder dans les cases les à-côtés, des immeubles avec leurs dessins jusqu'au personnages secondaires, que de se concentrer sur le commando qui traverse le volume sans vraiment contrôler sa trajectoire.

Vous l'avez compris, c'est un monde d'ambiance, à la limite de la rupture et de l'apocalypse, que nous dépeignent les auteurs. Une vision triste et sombre d'un avenir possible. Le biais de la police et des gros muscles n'est là que pour nous prendre par la main et nous guider.

Bien réalisé

La plupart du temps, les avatars de jeu de rôle, de séries télévisuelles ou de romans traduits en bandes dessinées ont tendance à être fades, sans aucun intérêt et finalement décevants. Il est encore trop tôt pour faire l'éloge ou le procès de cette série, mais le premier tome est prometteur, tant en ce qui concerne le scénario - ce qui n'est pas étonnant car il est écrit par un des auteurs du jeu de rôle - que le graphisme qui soutient l'action sans prendre de gants.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?