- le  

L'Empire de la Déraison

Cycle/Série : 
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/03/2007  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

L'Empire de la Déraison

J. Gregory Keyes est tout simplement une des grandes révélations de ces trois dernières années chez les Anglo-saxons. Né dans le Mississippi aux Etats-Unis en 1963, cet auteur américain s'est imposé chez nous grâce à son cycle L'Âge de la déraison dès son premier tome, Les Démons du Roi-Soleil. Celui-ci a d'ailleurs reçu le Grand prix de l'Imaginaire en 2001. Après la confirmation du deuxième volume : L'Algèbre des Anges, voici venu le temps de L'Empire de la déraison.

Un bond en avant

L'intrigue de L'Empire de la Déraison nous emmène 10 ans après les évènements de Venise relatés dans L'Algèbre des Anges. Les trois protagonistes principaux ont chacun pris des chemins différents. Benjamin Franklin multiplie les trouvailles scientifiques sur le nouveau continent américain, Red Shoe l'Indien accompagné de Tug l'Anglais voyagent dans le grand Ouest vers une destination mystérieuse et Adrienne enseigne à la cour du Tsar de Russie. Mais les forces qui se sont révélées ne risquent pas de les laisser tranquilles. Jacques Stuart, roi des Anglais veut reconquérir les colonies au grand dam de Benjamin. De son côté la cour de Russie est en plein chaos depuis la disparition du Tsar et les complots se multiplient. Enfin à trop chercher, Red Shoe risque bien de tomber sur des choses qui dépassent son entendement.

Riche et foisonnant

Vous l'aurez compris, il est difficile de résumer correctement L'Empire de la Déraison. La multiplication des intrigues, la fluidité de la plume de Keyes et l'enchaînement des événements rendent la tâche ardue, mais la lecture plaisante. Ce qui est incroyable, c'est de dévorer les pages de ce livre tout en se disant que l'auteur nous emmène dans un délire de plus en plus profond. Il mélange allègrement l'Uchronie, les personnages historiques, la science, la magie, les Anges, les complots politiques, les batailles… sans que cela nuise à l'ensemble. C'est parfois "too much", mais on en redemande. Comme quoi le charme agit ! Vivement la suite.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?