- le  

L'Equilibre des paradoxes

Michel Pagel ( Auteur), Guillaume Sorel (Illustrateur de couverture)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/03/2004  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

L'Equilibre des paradoxes

La collection Lunes d'Encre s'offre régulièrement l'édition de textes majeurs de la littérature de l'imaginaire, qu'ils soient inédits, ou, comme ce présent Equilibre de paradoxes (pris Rosny Aîné 2000 et prix Julian Verlanger 2000), issus des meilleures productions récentes, trop rapidement disparues des étagères des librairies. Ah les libraires! Ces esclaves d'une frénésie éditoriale qui ne semble vouloir épargner que les Brussolo et Werber, allez savoir pourquoi (non mais franchement: pourquoi?)? Passons: les boutiques qui peuvent se targuer de connaître ce qu'elles présentent dans leurs rayonnages* ne méritent pas ce procès, et seules celles-là méritent le nom de 'librairies'; quant aux supermarchés du livre, ils se moquent bien de mon avis de toute façon.

En rééditant ce roman de Michel Pagel, Denoël fait plus que faire marcher l'imprimerie française: outre que ce titre constitue un bel objet dont la couverture est une fois de plus griffée Sorel, la présente édition peut se vanter d'avoir été augmentée d'une quarantaine de pages. En ajoutant en préambule au texte lui-même une nouvelle: L'Etranger, Michel Pagel nous offre l'opportunité de découvrir une autre des aventures rocambolesques de ses quatre héros baignant dans la société d'un début de vingtième siècle troublé. Une aventure qui nous fait plonger tout droit dans l'ambiance décalée du roman lui-même où le plus improbable le dispute au réel, à une réalité qui gagne ici une magnificence toute neuve héritée d'un propos fantastique sans faille. Attention: voici une oeuvre majeure du fantastique, par l'auteur de La Comédie inhumaine.

"La prévention d'un paradoxe temporel par un autre paradoxe temporel..."

En ce mois de juillet 1904, le temps, d'ordinaire si immuable pour ses passagers, va proprement perdre les pédales. Un peu partout en Bretagne, on voit apparaître des figures improbables issues de temps révolus ou pas encore survenus: un barbare des troupes d'Attila, une princesse russe du siècle précédent, une femme-cyborgue et même un homme venu d'un futur et d'un espace si lointains que le seul qualificatif qui lui convient est celui d'extra-terrestre, quoique sa physionomie et son ascendance humaine le démentent. Autant de personnages qui auraient pu ne laisser que des entrefilets dans les quotidiens régionaux si le dernier d'entre eux, l'extra-terrestre, n'avait commis quelque odieux crime: le viol et l'assassinat de tous les membres de la famille Debien, à l'exception de la jeune Gilberte, qui s'en sortira avec une commotion et une grossesse bien malvenue.

Tentant de dissimuler son triste sort, Gilberte ne fera que précipiter les événements: son promis, un certain Raoul Corvin, journaliste à L'Humanité, ainsi que le Schiermer, couple de la haute société qui doit son statut à la carrière militaire et à la bonne naissance d'Amélie son épouse, vont voler à son secours. En tentant de mettre la main sur le violeur, les quatre amis vont s'engager dans une enquête où les limites de leur entendement vont être menées à dure épreuve. Troquant leur quotidien nourri de causes sociales et politiques dans une France en pleine reconstruction contre des hypothèses hors de portée des connaissances scientifiques de leur époque (voire de la nôtre), ils vont être confrontés à l'éventualité du voyage dans le temps et aux paradoxes que peuvent créer ces incursions de futurs hypothétiques dans un présent appelé à se transformer en un imperturbable passé.

En réunissant un à un les naufragés du temps, nos héros vont en effet comprendre que les voyageurs venus du futur se réclament de deux avenirs alternatifs radicalement différents: celui que nous connaissons et celui d'un empire germanique, né des cendres d'une guerre mondiale imminente, résultant du meurtre du Kaiser Guillaume II, à Tanger, en mars 1905. S'engage alors une folle course-poursuite à travers le temps pour empêcher la réalisation d'un futur dont certains naufragés sont eux-mêmes la cause...

"... une expérience de physique en quatre dimensions, réalisée par des apprentis-sorciers"

"S'il y a bien une chose qu'un écrivain redoute, c'est bien qu'on lui donne des idées. Il en trouve suffisamment tout seul, merci, et n'a aucun besoin de celles des autres. Alors, quand Raoul Corvin Jr. m'a proposé de me raconter une histoire qui, selon lui, aurait fait un très bon livre, autant dire que je me suis méfié."

Ainsi s'ouvre L'Equilibre des Paradoxes de Michel Pagel. Plutôt que comme un simple roman, c'est comme un travail documentaire que se présente cette oeuvre construite autour des rapports écrits (journaux intimes, mémoires, coupures de journaux) ou oraux de ses principaux protagonistes. Trompant ainsi les apparences, l'auteur feint de prendre ses distances avec le récit proprement dit et s'offre une parenthèse schizophrénique de 430 pages parfaitement jubilatoire. Une oeuvre au cours de laquelle Pagel joue tour à tour un jeune chien fou de la révolution socialiste, un militaire droit dans ses bottes et à la morale personnelle plus affirmée que ne le laisse présager sa profession, une féministe en puissance engoncée dans l'étroitesse des principes et des corsets de ce début de siècle et une jeune fille délurée, catapultée de son délire woodstock dans un monde où son attitude légère et son verbiage licencieux vont produire quelques situations drôlissimes. Une alternance de caractères et de styles littéraires qui procurent à ce roman une saveur exquise, marquée par l'anthenticité de chacun des personnages.

Dans ce cadre, l'auteur, improvisé rapporteur historique, se fait l'instrument de la vraisemblance d'un propos rocambolesque et farfelu, d'une histoire qui prétend avoir évité à l'Histoire de voir son cours changé à jamais. Un propos auquel notre existence présente à nous, lecteurs, ne fait d'ailleurs qu'ajouter foi. Un sujet grandiose, traité avec une maîtrise implacable, qui se construit avec l'intensité d'une histoire de super-héros tout en conservant la fraîcheur d'un journal intime. Alors soyons clairs: non content d'avoir un style parmi les plus riches de sa profession, Michel Pagel a 'hérité' de beaucoup d'idées pour écrire cette petite perle du fantastique moderne. A découvrir absolument.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?