- le  

L'Hymne de Khaor

Stéphane Durel (Scénariste), Daniel Ballin (Dessinateur), Angélique Césano (Coloriste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 31/12/2002  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

L'Hymne de Khaor

Stéphane Durel est un lecteur assidu de Bandes Dessinées depuis son plus jeune âge. Il écrit ses premiers scénarios à l'adolescence. Dans le même temps, il rencontre Daniel Ballin lui-même dessinateur en herbe. Ils se découvrent une attirance commune pour les mondes imaginaires de l'héroïc-fantasy à la S-F en passant par le fantastique. Ils se lancent alors dans leurs premières planches, mais le succès n'est pas encore au rendez-vous. Durel devient infographiste et Ballin livre des pizzas pour payer son loyer tout en continuant à remplir ses cartons de dessins. Ils décident de monter à Paris et Glénat accepte de signer leur projet. Overshal, une BD fantastique-gore paraît en 2000. Ils reviennent aujourd'hui chez Soleil Productions avec une nouvelle série dans la toute jeune collection Soleil Levant.

Un oeuf couleur du ciel

Kaléa, disciple du culte ancestral de Baokan, et accessoirement jolie jeune fille très douée dans l'art du combat, est missionnée par Dame Jaali pour retrouver en plein désert un " œuf couleur de ciel ". Mais les redoutables guerriers du Khaor, venus de Sihl la lune étrange, sont déjà sur place et c'est de justesse que Kaléa leur arrache sa précieuse trouvaille, une petite fille.

Un agréable moment

Essai réussi pour nos deux jeunes recrues de la Bande Dessinée. Ce premier tome de Sihl est convaincant et accrocheur. L'histoire, même si elle n'est pas, dans le fond, originale, est bien ficelée et attrayante. L'héroïne, parachutée par la doyenne de son temple dans une aventure qui la dépasse, tire parfaitement son épingle du jeu grâce à ses talents de guerrière. Pas une minute de répit pour elle, et donc pour le lecteur, les scènes d'action se succèdent et les rencontres aussi. L'album est une bonne introduction, présentant les personnages du groupe final un par un, ce qui permet de les creuser un peu dès le début, sans pour autant tout dévoiler. Le dessin de Ballin est sympa même s'il n'est pas spécialement innovant. Il faudra peut-être attendre un peu de temps avant qu'il ne trouve réellement son style et que son trait soit d'emblée reconnaissable. Mais ne boudons pas notre plaisir, on passe un agréable moment à lire cette BD.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?