- le  

La Liberté éternelle

Joe Haldeman ( Auteur), Scott Market (Illustrateur de couverture), François Vidonne (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 29/02/2004  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

La Liberté éternelle

Longtemps Joe Haldeman a refusé de donner une suite à La Guerre Eternelle. Pas faute d'avoir été sollicité pourtant. Toutefois, s'il estimait que "le livre se suffisait à lui même", il n'excluait pas la possibilité de retrouver brièvement ses deux héros - William Mandella et Marygay Potter -. Histoire de voir ce qu'ils étaient devenus.

Il aura en fait fallu attendre l'approche de l'an 2000, et le projet Horizons lointains de Robert Silverberg, pour que Haldeman se décide enfin. Comme à dix autres de ces plus prestigieux collègues, il fut invité à revisiter l'Univers de son œuvre la plus populaire, le temps d'une nouvelle. Et alors qu'il y travaillait, il s'avéra rapidement qu'il était en train d'écrire cette fameuse suite à laquelle il s'était toujours refusé. Il se laissa donc guider par son inspiration jusqu'à ce qu'aboutisse La Liberté Eternelle.

Vingt ans déjà...

Vingt années ont passé depuis la fin de La Guerre Eternelle, et l'Humanité n'est plus désormais qu'une conscience collective developpée autour du clone d'un seul et unique être humain, génétiquement parfait : Homme. Une planète - Majeur - lui sert de police d'assurance génétique. On y vit encore "à l'ancienne" ; et s'il devait s'avérer que le pari d'une conscience collective humaine soit une erreur, Majeur constituerait le point de départ d'un renouveau de l'Humanité. C'est là que Mandella et Marygay ont décidé de vivre. Ils y coulent, avec leurs deux enfants, une vie paisible.

Bien trop paisible en fait. Et ce sont eux, qui vont exacerber chez leurs compatriotes ce désir d'aller voir ailleurs, pour échapper à cette vie sous contrôle. Le projet est simple : demander à Homme, un ancien croiseur, de partir à vingt années lumières de Majeur et, comptant sur les lois de la Relativité, y revenir quarante mille ans après leur départ. Homme n'est pas opposé au projet, au contraire. Mais c'est des Taurans que va venir l'amère déception d'un refus, motivé par une mise en garde sur l'inconnaissable et ses dangers.

Il en faut plus que ça pour décourager les deux plus vieux vétérans de La Guerre Eternelle, qui vont s'emparer par la force de ce qu'on leur a refusé, et partir vers les limites de l'inconnaissable.

Une fausse suite...

Avec La Liberté Eternelle, Joe Haldeman donne en fait une fausse suite à La Guerre Eternelle. Il fait rentrer dans le cadre de cet univers qui lui est familier une intrigue métaphysique qui aurait finalement pu s'inscrire dans n'importe quel autre univers. Tout entier tendu vers la demonstration, un brin oiseuse, de son propos il sous emploie les ressorts dramatiques qu'aurait pu générer la présence d'anciens soldats dans un monde débarrassé de la guerre. Les différentes époques d'origines des personnages, ne lui servent guère qu'à planter sommairement le décor. Il confesse avoir écrit son livre d'un seul jet, et c'est bien l'impression qu'on en a tant la trâme est lacunaire. Les raccourcis qu'il emprunte pour simplifier la dynamique dramatique, et qui faisaient partie du charme de La Guerre Eternelle, deviennent ici un handicap qui allège le roman jusqu'à l'anecdotique.

Alors, qui sommes-nous ? Où allons nous ? Deux cent soixante dix pages pour résoudre la Grande Question, c'est tout de même un peu léger. Surtout que la réponse on la connaît déjà : quarante-deux.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?