- le  

Les Créateurs

Thomas Geha ( Auteur), Laurent Guillet (Illustrateur de couverture)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 23/02/2012  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Les Créateurs

Thomas Geha est né en Bretagne en 1976 et ses récits "légendaires" en portent la marque. Ancien libraire devenu éditeur (éditions Ad Astra), il est déjà l'auteur d'une vingtaine de nouvelles et de trois séries : les sagas Alone et Planètes Pirates (édiions Black Coat Press) ainsi que le diptyque du Sabre de Sang (éditions  Critic).
 
Les Créateurs est un recueil de six nouvelles originales qui ouvre un "Hors collection" aux Editions Critic.
 
Entre fantastique et imaginaire : au coeur de la Création
 
Le recueil regroupe six nouvelles, fraîches et originales. Chacune d'entre elles possède son genre, son lieu, son ambiance. Débutant par des écrits de nature fantastique, l'ouvrage évolue rapidement vers les genres de l'imaginaire qui ne font plus appel au réel. C'est bien de ça dont il est question tout au long de l'oeuvre de Thomas Geha : échapper au réel, laisser notre esprit accepter ce qui l'entoure, accepter la magie (maléfique et bénéfique), s'y confronter parfois. Car s'ouvrir aux mystères du monde c'est s'interroger sur soi et l'Humanité, c'est se poser comme être vivant au coeur de l'univers qui finit toujours par rejoindre, inéluctablement, la Création.
 
Chaque personnage revêt la peau d'une existence qui subit les affres de la vie, souvent la mort d'un être cher. C'est le moteur qui conduit l'humain à vouloir savoir qui se cache derrière nos existences et nos destins, qui nous façonne ainsi. Qui sommes-nous, d'où venons-nous ? Ces deux questions sont le fondement de chaque nouvelle qui explore sous un angle à chaque fois différemment le destin de l'Homme.
 
Les univers de Thomas Geha
 
La voix de Monsieur Ambrose
Paris, au dix-neuvième siècle, un acteur réputé fait son chemin dans les petites salles jusqu'au jour où l'on remarque que sa voix faible l'empêchera de gravir les marches des grandes salles... Fêtes orgiaques, magie maléfique, écritures étranges vont entrer en scène afin de faire dévier cet homme de "réalisme" vers un monde plus fantasmagorique et délicieux.
 
Là-bas
Cette nouvelle reprend le mythe du Golem. L'histoire se passe à Prague, en 1904 et en 2004, sur le pont Charles, au-dessus des eaux bouillonnantes de la Vltava, où un charme maléfique prend vie tous les cent ans pour faire vivre l'Humanité.
 
Copeaux
Voilà un conte de Noël atypique. Le décor est simple : une ferme et une jeune fille qui vit avec ses grands-parents. La vie de ces êtres tourne autour de la perte et de la solitude, des secrets. Une belle écriture au service d'une émotion sincère et réellement touchante sur les rapports familiaux, le deuil, les dons.
 
Bris
On salue ici l'imaginaire de Thomas Geha qui emporte son lecteur in medias res dans un monde onirique et irréel : celui d'une ville, La Verrue. La narration est originale et dynamique, ce qu'on saura apprécier. Tout autant que le questionnement qui coule tout au long du récit : sur fond d'amnésie, de voyage intemporel et d'histoire d'amour, Bris/Brice (qui n'est plus qu'une coquille vide lors de son réveil) ne cesse de pointer le doigt sur l'essence de l'Homme, son origine, sa place. Grâce à Lizie qui lui ré-apprend l'Humanité, ce monde sera celui de la deuxième chance, celui de l'expiation et du renouveau.
 
Dans les jardins
Un beau récit sur l'âme des pierres et des jardins, en Bretagne.
 
Sumus Vicinae
Cette nouvelle est construite comme une pièce musicale, au rythme d'un requiem. Suite à la mort de sa compagne, le héros décide de comprendre qui sont les Sumus Vicinae (Nous sommes les Voisines) qui semblent décider du sort de beaucoup de gens, grâce à un tatouage sur l'orteil... Au coeur d'une ville où toute déviance doit être signalée, d'une ville hiérarchisée entre Humains, Troglodytes et Cyclopes, le héros chante son hymne à l'amour perdu et part à la quête d'un trésor insaisissable : la Création.
 
Un recueil qui manque parfois d'impact mais qui sait nous saisir
 
Les créateurs est avant tout un livre agréable et plaisant, facile à lire, autant pour les jeunes que pour les adultes. On apprécie les trouvailles de composition, les questionnements apportés. Je soulignerais davantage les derniers récits où l'imaginaire prend place de façon plus évidente et où l'auteur sait nous saisir.
 
Néanmoins, l'ensemble manque de profondeur et d'accroche, de densité. On regrettera que l'auteur ne lie pas plus entre elles les différentes situations d'une même histoire : le passage du réel au fantastique est souvent amené de façon bien artificielle ; les légendes et les mythes sont la plupart du temps survolés et le lecteur ne prend pas le temps de s'immerger dans ce qui devient un basculement, puis une chute. Peut-être que le format de la nouvelle a trop enfermé cet auteur pourtant très talentueux.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?