- le  

Les déserteurs temporels

Robert Silverberg ( Auteur), Manchu (Illustrateur de couverture), Bruno Martin (Traducteur)
Langue d'origine : Anglais UK
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 28/02/2006  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Les déserteurs temporels

Robert Silverberg, l'homme aux 100 romans et aux 500 nouvelles... Né en 1936, il s'impose très vite, dès ses 18 ans, comme un auteur remarquable, tout d'abord par sa capacité hors-norme de production. Jusque dans les années 60, il va énormément écrire, mais presque uniquement pour combler ses besoins financiers. Ce n'est qu'à partir de 1968, avec l'Homme dans le Labyrinthe, qu'il va se laisser aller à construire ses romans comme il le veut vraiment. De ce moment jusqu'en 1974, il nous offrira une série incroyable de livres qui ont fait et font toujours date dans l'histoire de la Science-Fiction, des chefs-d'oeuvre tels que L'Oreille Interne, Le Livre des Crânes ou l'Homme Stochastique. Parti ensuite quelques années en retraite, il se remettra vite à écrire, dès 1979, en particulier les six tomes de la série des Chroniques de Majipoor.

Votre avenir est dans le passé !

Vingt-cinquième siècle... Le monde est surpeuplé, même l'air est rationné. Les hommes vivent dans un monde surveillé, entassés les uns sur les autres dans des immeubles de plusieurs centaines d'étages. Le seul moyen d'échapper à la foule et d'obtenir un peu d'intimité est de s'élever dans la hiérarchie sociale. Le comble de l'aboutissement est un appartement pour soi tout seul. Ceux qui ne parviennent pas à progresser végètent ou régressent. Il ne leur reste que les drogues pour oublier la promiscuité et la misère de leur situation.

Pourtant, d'après les archives, certains ont trouvé comment fuir ce monde sans avenir : en partant refaire leur vie dans le passé ! Quellen est policier, l'élite du Secrétariat Criminel... En fait un petit bureaucrate qui tente par tous les moyens d'escalader la hiérarchie, usurpant même si besoin des prérogatives qu'il n'a pas le droit de revendiquer. C'est à lui qu'est confiée la recherche de cette filière qui part du présent vers les siècles passés. Sans enthousiasme, mais avec l'espoir d'une promotion, il se lance à la chasse à l'homme et bientôt les premières pistes se découvrent.

Mais faut-il vraiment arrêter  les passeurs ? Que va devenir le futur si les déserteurs temporels restent dans le présent ? Le passé sera-t-il changé ? Est-ce même possible de stopper les départs, puisque les archives attestent que le voyage a déjà eu lieu ? C'est pris au milieu de toutes ces questions que le policier va se débattre tout au long de son enquête, tantôt poussé ou freiné par une hiérarchie qui ne sait pas plus que lui quelle peut être la portée de leurs choix.

Un bon petit roman

Il est très rapidement clair que ce livre n'a rien de l'envolée ni de la puissance qu'auront les réalisations du maître quelques années plus tard. Pourtant la patte de l'écrivain est là, la vision de l'auteur déjà présente. Ce texte est par certains aspects étonnamment prophétique. Aujourd'hui, avec la démographie galopante du globe, avec nos cités dans lesquelles s'entassent les ouvriers comme les cadres, avec nos caméras de surveillance et nos ordinateurs, nous ne sommes pas si loin du monde imaginé par Silverberg. L'intrigue est convenue, la chute prévisible et attendue et les opinions politiques dans la droite ligne de l'Amérique des années 60. Malgré tout, la description – à l'époque futuriste - d'un monde si semblable au notre donne un peu d'intérêt à ce qui n'est qu'une oeuvre littéraire mineure d'un grand de la littérature d'anticipation.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?