- le  

Nyctalope

André Houot (Dessinateur), Jocelyne Charrance (Coloriste), PY (Scénariste)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/05/2007  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Nyctalope

Le mystérieux PY (dont le pseudonyme cache un nom bien connu du public selon l'éditeur) est un historien de formation né en 1954 près de Nancy. Il est spécialiste de la guerre des tranchées et aurait déjà (toujours selon l'éditeur) collaboré de manière informelle à certains albums d'Alain Houot. De ce dernier, on a pu lire précédemment les séries Septentryon, Le Khan et Les Chroniques de la nuit.

Le Mal rode.

Au moyen-âge, la maladie de l'ergot du seigle a décimé les campagnes d'Europe (bien avant de donner le LSD). Une de ses particularités était de provoquer des hallucinations et de s'attaquer aux extrémités du corps jusqu'à gangréner et faire tomber les doigts par exemple. En 1951 à Pont St Esprit près de Valence, une épidémie similaire a touché le village sans qu'on en trouve véritablement la cause. Un demi-siècle plus tard, c'est de nouveau la panique dans la commune lorsqu'un retraité apporte deux pieds et deux mains calcinés à la gendarmerie. On croit le mal revenu, provoquant une hystérie telle que l'affaire échappe aux autorités. Pont St Esprit devient un lieu de pèlerinage aussi connu que Lourdes tandis que les autorités religieuses mettent en place des barrages aux entrées du village pour vérifier les entrants et les sortants.

Dans cette folie collective, un homme se trouve pris dans le tourbillon des événements. Installé récemment au village, il devient l'amant d'une femme mariée qui lui joue des tours pas très catholiques. Elle est également membre d'une étrange confrérie... Et puis il y a surtout Roger, un vieil homme qui lui raconte des histoires datant de la seconde guerre mondiale. Un soir d'hiver, des allemands se seraient rendus dans la crypte de l'Eglise...

Une réussite

Avec son intrigue qui mélange petites et grandes histoires, cette série est une réussite. D'autant que la folie collective qui prend le village donne une atmosphère surréaliste plutôt bien vue. Tout est possible dans ce secteur où l'Etat n'a plus le droit de cité. Si l'on ajoute une base solide (avec en toile de fond les événements de 1951) et un rien de fantastique, cela devient même passionnant. PY a placé ses pions dans ces deux premiers albums et l'on a hâte de lire le dénouement de la série et la solution à quelques mystères.

L'autre atout de cet album, c'est le graphisme d'Alain Houot. Il réalise un travail magnifique sur les villages et « les gueules » des villageois, particulièrement lorsqu'il s'agit de saisir leurs expressions, qu'elles fassent sourire ou qu'elles fassent frissonner. Le reste est plutôt classique dans le découpage ou dans les arrières plans. Peut-être des couleurs un peu plus vives auraient-elles mieux rendu justice aux dessins. Le résultat est néanmoins tout à fait correct et agréable à suivre. Un bel album pour une belle série. Jusqu'ici tout du moins...

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?