- le  

Rhapsody – première partie

Benjamin Carré (Illustrateur de couverture), Marie de Prémonville (Traducteur), Elisabeth Haydon ( Auteur)
Langue d'origine : Anglais US
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 30/04/2006  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Rhapsody – première partie

Elisabeth Haydon est une jeune auteur fraîchement débarquée dans l’univers de la Fantasy. Elle vit sur la cote est des Etats-Unis et avant de se lancer dans l’écriture elle fut herboriste, harpiste et chanteuse. La symphonie des siècles est le premier cycle qu’elle ait écrit et a vite connu un franc succès Outre-Atlantique. Il ne reste qu’à lui espérer le même succès en France.

Une rencontre déconcertante entre un géant, un pisteur et une barde

Rhapsody est une jeune barde Baptistarelle. C’est en fuyant des hommes de Michael, le baron de la pègre locale, qu’elle tombe sur deux étranges voyageurs : "Grunthor", un géant Firbolg et "Le Frère", un être aux pouvoirs étranges. Ils sont tous les deux en mission pour un démon.
Leur rencontre va changer la donne. En s'associant tous les trois, Le Frère va se libérer du joug du démon tout en accomplissant tout de même ce pour quoi il a été engagé. Ils partent alors ensemble à la recherche de l’Arbre-Monde...

Un roman avec un certain potentiel mais qui demande une suite

Rhapsody est le premier tome d’une trilogie, du moins au Etats-Unis. En France ce premier tome sera coupé en deux si on a de la chance, plus probablement en trois volumes. Comme à son habitude les Editions Pygmalion taillent à la serpe dans le roman sans tenir compte de l’intrigue. Ce premier tome, en lui-même, n’est pas intéressant à lire car il se finit à la fin d’un chapitre sans que l’on ait avancé dans le récit. On ne connaît ni les tenants ni les aboutissants et comme l’histoire se passe principalement le long de la racine de l’Arbre-Monde, elle n’est pas palpitante. De plus l’ouverture qui sert de prologue égare plus le lecteur qu’il ne l’éclaire. En effet, on croise des personnages que l’on ne rencontre plus du tout après.

Cependant, il y a de bonnes idées, le pouvoir des noms et l’univers mis en place par l’auteur semblent intéressants et les personnages de Rhapsody et du Frère ont un fort potentiel à exploiter. Le fait qu’Elisabeth Haydon soit une harpiste a déteint sur son personnage principal et on sent l’influence de la mythologie Scandinave dans la création de l’Arbre-Monde. Il fait allusion à Yggdrasil, l’arbre qui soutient les neuf mondes dans la mythologie asgardienne.

En clair, voilà un roman prometteur mais dont il faudra attendre la suite pour en profiter pleinement.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?