- le  

Sadako

Koji Suzuki ( Auteur), Patrick Honoré (Traducteur), Yukari Maeda (Traducteur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Japonais
Aux éditions : Collection :
Date de parution : 10/04/2014  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Sadako

Écrivain japonais, dit le Maître de l'horreur japonais, Kōji Suzuki est connu dans le monde entier pour sa tétralogie Ring (Ringu en 1991, Rasen en 1995, Rupu en 1998, Ba-Sudei en 1999).
Cette tétralogie a connu son heure de gloire au cinéma par ses adaptations japonaises et américaines. "Dark Water", nouvelle tirée du recueil de nouvelle Honogurai mizu no Soko Kara (1996) a aussi été transposé sur nos grands écrans en 2002 par Hineo Nakata, réalisateur des précédents Ring et en 2005 par l'américain Walter Salles.
 
Sadako (S) a aussi dès sa sortie en livre su rentrer dans la lignée des adaptations cinématographique, car en 2012 Tsutomu Hanabusa réalise Sadako 3D puis sa suite en 2013 Sadako 3D 2.
 

"Les démons apparaissent sous des formes différentes à chaque époque."

Spécialiste de l'analyse d'image, Takanori Andô reçoit par son travail une vidéo amateur montrant un suicide à l’intérieur d’un appartement banal. Son client souhaite déterminer s’il s’agit d’un véritable suicide ou d’une simple mise en scène. 
Un travail banal mais qui se révèle de plus en plus étrange à chaque visionnage, car la vidéo semble se prolonger au fur et à mesure...

 "On a beau essayer de s'en débarrasser, ils reviennent toujours."

Depuis les best-sellers qu'ont été Ring et Dark Water, on n'avait plus trop entendu parler de ce maître de l'horreur japonaise : Kōji Suzuki.
Revenant tel l'un de ses fantômes, l'auteur repart sur les traces de la cassette VHS tueuse avec Sadako.
 
Quel dommage ! Kōji Suzuki revient mais rate le coche avec ce roman qui se veut moins compliqué à comprendre par rapport à ces précédents romans ; plus accessible oui, mais profondément ennuyeux surtout.
 
L'histoire en elle-même n'apporte rien à l'histoire de Ring, ce "dernier volet" possède un scénario plat, limite médiocre qui n'offre au cours de sa lecture aucune surprise. 
Sadako donne l'impression de n'avoir d'autre but que de refaire resurgir l'intérêt des lecteurs pour la tétralogie Ring.
Une autopromotion de l'auteur qui laisse un arrière-goût vaseux et qui a tendance à sortir le lecteur de son immersion, déjà peu profonde.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?

{{insert_module::18}}