- le  

Suzan

Jean-Charles Gaudin (Scénariste), Frédéric Peynet (Dessinateur)
Cycle/Série : 
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 31/05/2011  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Suzan

Jean-Charles Gaudin est un scénariste reconnu, dont la bibliographie est impressionnante. Parmi ses œuvres, on peut noter Marlysa, Garous, l’adaptation en bandes dessinées de L’Assassin Royal et même une participation dans Kookaburra Universe.

Frédéric Peynet dessine depuis plus de dix ans, en particulier Les Apatrides, Toran et Le Feul avec Jean-Charles Gaudin.

Entre deux mondes

Les survivants de l'expérience de 1983 continuent de voir leur vie de plus en plus perturbée par les séquelles de ce qui s'est alors passé sur l'île. Brutalement - très brutalement pour certains - leur quotidien bascule entre deux mondes, celui, serein, de la réalité habituelle et... autre chose.

Disparitions, réapparitions... et combats contre des créatures spectrales s'enchaînent. Le cauchemar, enterré voici trente ans, revient et cette fois, s'immisce autour d'eux. Le seul homme qui puisse, au moins en partie, comprendre et expliquer ce qui se passe est M. Fincher, ce vieillard qui n'est peut-être pas aussi fou qu'on le dit. Et qui pourrait bien avoir participé à l'expérience...

Un thriller un peu décousu

Le scénariste a visiblement conçu une histoire complexe et fouillée, pleine de fausses pistes, de secrets et de révélations qu'il semble décidé à ne délivrer qu'au compte-gouttes. À la manière de King, il nous met face aux cauchemars de ses personnages sans un mot d'explication, nous laissant pour le moment imaginer les raisons de ce qui leur arrive.

Le résultat est une histoire mouvementée, pleine d'imprévus, mais, sans la grille de décodage permettant d'en comprendre au moins une partie, franchement décousue. Ce volume rassemble des successions de scènes qui manquent encore de liant, même si certains secrets se dessinent.

Le dessin est conforme à celui du premier tome, minutieux et réaliste, ancrant l'histoire dans la réalité pour lui éviter de sombrer dans un onirisme flou. Les traits, les paysages et les objets sont nets, sauf lorsqu'il s'agit des choses sorties de "l'autre monde".

Loin de penser que cet album est inutile, il semble plutôt ne s'inscrire qu'à l'intérieur de la série ; difficile à appréhender seul, sans le début, mais aussi sans la suite dont il nous faut attendre la parution.
 

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?