- le  
Uchronews, toute l’actualité de l’uchronie - Septembre 2011
Commenter

Uchronews, toute l’actualité de l’uchronie - Septembre 2011

SORTIES UCHRONIQUES 
Le classement se fait par date de parution et par type (Bande Dessinée, Comic, Manga ; puis Livres, DVDs et Jeux Vidéos).
 
On peut dire que cet été 2011 aura été relativement calme. Le mois de septembre sera, par contre, passionnant, rien qu’à voir les sorties.
 
En BD la grande surprise aura été Univerne : Avec un scénario mélangeant habilement Uchronie et steampunk, Morvan réussit à faire une Bande Dessinée construite comme un manga. Avec son lot de personnages,  de révélations fracassantes, le tout mené tambour battant, le moins que l’on puisse dire c’est que cette œuvre réussit son pari : Nous divertir de manière efficace !
 
Le 4ème tome de Rex Mundi est sorti, une série à suivre tant au niveau du dessin que du scénario.
 
En manga, les Editions Kana se sont décidé à sortir simultanément les tomes 30 et 31 du manga Zipang. Il faut y voir la volonté de Kana de terminer rapidement cette magnifique série qui ne semble pas rencontrer son public. Avec deux tomes sortant tous les deux mois, la série devrait se terminer en août 2012 au tome 43. Saluons Kana qui souhaite aller au bout de cette série et espérons que d’autres œuvres de Kaiji Kawaguchi seront éditées dans notre contrée. Je pense notamment à son nouveau manga Boku wa Beatles (que l'on peut traduire par Je suis un Beatles), mixant voyage dans le temps, Beatles et Uchronie !
 
En matière de romans l'été nous a permis de lire Clémentine de Cherie Priest (éd. Eclipse) suite de Boneshaker et Les Revenants de Withechapel de George Mann, première enquête de Sir Maurice Newbury et de Mademoiselle Hobbes. Disons le tout de suite, les deux se laissent lire mais il manque un je-ne sais quoi pour réellement marquer le lecteur féru d’Uchronie et de Steampunk. Une bonne lecture estivale mais qu’on oublie assez vite, même si Georges Mann tire un peu son épingle du jeu tant il a réussi à créer une ambiance et un trio intéressant. Par contre je commence à avoir de sérieux doutes sur la capacité de Cherie Priest à construire autre chose qu'un univers, aussi passionnant soit-il. La traduction des deux ouvrages est très agréable, même si l’on voit encore ici et là quelques tournures de phrase étonnantes…
 
Fin juin, j’ai eu l’immense surprise de découvrir un essai d’uchronies historiques, écrit par deux historiens, Philippe Valode et Luc Mary et publié aux Editions de l’Opportun. Il est sorti au mois de juin et il s’agit d’une véritable merveille. A la fois bien écrit avec bon nombre d’uchronies fascinantes et regorgeant d’explications historiques, ce Et si… Napoléon avait triomphé  à Waterloo ? L’histoire de France revue et corrigée en 40 uchronies, se doit d’être lu ! Ils réussissent là où Anthony Rowley et Fabrice d’Almeida avait échoué avec leur Et si on refaisait l’histoire, oubliant d'extrapoler leurs uchronies sur le long terme.
 
Passons maintenant aux sorties à venir, rentrée littéraire oblige nous avons droit à un véritable festival de sorties uchroniques !
 
Tout d’abord voici les bandes dessinées :
 
Le premier septembre est sorti une BD étonnante : Yesterday, éditée chez ManoloSanctis, un sympathique éditeur proposant les synopsis de ses BDs en ligne, les lecteurs peuvent voter pour celle qui les intéresse le plus en jetant un coup d’œil aux quelques pages mises en ligne. Yesterday met en scène un voyage dans le temps assez original : John Duval nous explique comment il est devenu le chanteur des Beatles… Mixant voyage dans le temps et réécriture du passé, c'est un album avec un thème certes traditionnel mais sur un thème original : Les Beatles !
 
 
Le 07 septembre, nous avons eu droit à la BD 12 Septembre, où un agent secret américain fait de manière impromptue un voyage dans le temps et devra faire face à une confrontation Islam-Chrétienté en plein XVIème siècle ! Les musulmans semblent bénéficier d'un leader charismatique et d'une technologie sans commune mesure avec les moyens réels de l'époque (Navire à vapeur, armes à feu automatiques, etc). Le graphisme est vraiment sympa et le thème originalµ... un album à retenir !
 
Le 14 septembre, sortiront les tomes 10 et 11 de la série Destins, série s’amusant à montrer les points de divergence possibles par rapport à la vie d’une personne, en attendant le 15 septembre, New York 47, un one shot se déroulant dans le monde glauque et terrifiant de Block 109 et dans lequel un commando composé de spécialistes allemands est envoyé à New York pour récupérer quelque chose dans le coffre fort d’une banque. Une mission complexe surtout depuis la destuction atomique des Etats-Unis et donc de la ville. Une nouvelle forme de vie s’est développée grâce aux radiations et notre petite équipe va avoir bien du souci à faire face à ce qu’ils vont trouver dans les ruines radioactives… Morts sanglantes, monstres contre-nature, alliances de circonstances... le moins que l’on puisse dire c’est que Vincent et Ronan s’amusent toujours autant, dévoilant quelques pistes sur le prochain opus et réussissant à nous maintenir en haleine d’un bout à l’autre de leur BD.
 
En manga le tome 15 de Jin sortira le 14 septembre.
 
 
En roman nous avons droit à du lourd !
 
Behemoth, la suite de Leviathan,  débarquera le 15 septembre. Le premier tome m’avait énormément plu et enthousiasmé, de par les recherches qu’avaient effectuées l’auteur, son intrigue "Larger than Life" et les magnifiques dessins de Keith Thompson. Gageons que cette suite aura autant de succès que son aîné !
 
Vu qu'il n'y a pas que des livres dans la vie parlons de nouvelles ! Galaxies N° 13 en comporte une très belle : Quand l'ombre se répand sur la maison Jaguar d'Aliette de Bodard (déjà connue pour son D'obsidienne et de sang que je recommande chaudement). Très bien construite, cette nouvelle est comme ciselée dans le jade au niveau de l'écriture. Elle fait partie de l'univers de Xuya, monde où la Chine a découvert l'Amérique avant Christophe Colomb, puis a aidé les aztèques à se débarrasser de Cortès grâce à leurs canons. Pour plus d'informations et pour ceux lisant l'anglais, je vous recommande cette page où Aliette de Bodard développe cet univers exotique et impitoyable. Une autre nouvelle, Chute d'un papillon au point du jour, se déroulant dans le même univers était précédemment sorti dans le numéro 10 Galaxies.
 
En jeu vidéo, une petite perle indépendante et steampunk, du nom de Jamestown est sorti sous Steam. Vous allez pouvoir combattre au XVIIème siècle une civilisation extraterrestre sur Mars, où une guerre fait rage entre Anglais et Espagnols pour la possession de ce nouveau monde. Le jeu est téléchargeable sur Steam et est un très bon Shoot'em up pour ceux aimant le genre.
 
En film jetez vous sur le film Source Code, disponible depuis le 31 Août : Mélangeant habilement Mondes parallèles, programme militaire secret et uchronie, ce film, sorte de lien improbable entre Un jour sans fin et un techno-thriller mené tambour battant par Duncan Jones (réalisateur de Moon), nous raconte les péripéties d’un soldat expédié dans le corps d’un civil mort lors d’un attentat à la bombe survenu un matin dans un train (bon un RER, mais classe le RER !). Qui a fait l’attentat et comment ? Notre pilote d’hélicoptère va devoir trier les informations, tenter plusieurs approches et faire avec une hiérarchie qui ne semble pas vouloir tout lui expliquer… Bluffant !

C’ETAIT DEMAIN : RETOUR SUR LE MANGA ZIPANG
 
Scénariste : Kaiji KAWAGUCHI
Dessinateur : Kaiji KAWAGUCHI
Série : Zipang 30#31
Editeur : Kana
Date Parution : 26/08/2011
Point de Divergence : 1942 Bataille de Midway
 
Suite à la parution des tomes 30 et 31 de la série Zipang, retour sur cette série étonnante.

Japon, de nos jours. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la Marine Japonaise va intervenir dans un conflit étranger. Faisant partie d’une petite flotte envoyée vers l’Amérique du Sud, le Mirai, sorte de super escorteur armé d’armes de dernière génération, va se retrouver séparé des autres navires par une tempête électromagnétique, pour se retrouver soudain face à face avec… le Yamato, un super cuirassé japonais qui a servi de navire amiral pendant une bonne partie de la Guerre de l’Asie-Pacifique et a disparu corps et âmes lors d’une mission-suicide vers Okinawa en 1945… Grâce à leur radar ils comprennent qu’ils assistent aux derniers soubresauts de la Bataille de Midway, bataille qui scella le sort du Japon comme Stalingrad le fit pour l’Allemagne Nazie lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le choc passé, nos marins sauvent la vie d’un officier de renseignement de la Marine Impériale Japonaise, à bord d’un avion qui était sur le point de couler. S’ensuit un débat à bord du navire. Nos héros ont décidé de ne pas intervenir du côté des Japonais, et d’attendre la possibilité de « retourner » chez eux. Oui mais que dire à cet officier ? D’autant plus que celui-ci comprend très vite que ses sauveurs ont une technologie supérieure à tout ce que l’on peut construire à l’époque… Ils lui dévoilent alors, grâce à leur bibliothèque, ce que sera l’histoire du Japon en guerre.

Désespéré, notre homme décide de tout mettre en œuvre pour l’histoire et éviter à son pays les affres d’une capitulation sans conditions et les deux bombes nucléaires. Une mission sans espoir ? Pas si sûr...
 
Si la série s’amuse dès le départ avec le concept du film Nimitz, elle bénéficie de deux atouts de poids : nous montrer une vision japonaise qui ne soit pas marqué par un certain nationalisme et insinuer le doute par rapport à la construction d’une uchronie et tout au long du cycle : peut-on réellement changer le cours de l'Histoire quand on voit la masse des choses à accomplir ? Au bout de 31 volumes et malgré un grand nombre de scènes impressionnantes (destruction d’une escadrille d’Avengers par le canon principal du navire, voyage vers l’Allemagne Nazie à bord d’un avion expérimental japonais, tentative d’assassinat d’Hitler, etc.) et d'autres scènes plus contemplatives mais faisant avancer énormément l'intrigue, la série traine en longueur. Certes Kawaguchi aime se faire plaisir en montrant la complexité des rapports politiques et sociaux régissant l'Empire du Japon et surtout en développant minutieusement la possibilité qu’un pays réussisse à créer une bombe nucléaire apte à être utilisée sur un champ de bataille. Il n’en reste pas moins que pour le lecteur en mal d’action, cette série peut sembler s'éterniser.
 
Pourtant tel n'est pas le but de Kawaguchi qui veut montrer une lente partie d’échec entre deux protagonistes. Yosuke Kodamatsu, officier en second à bord du Murai, veut revenir à son époque et estime que le Japon qu’il connait s’est construit, a su évoluer et se remettre en question grâce à la défaite. Tkumi Kasaka, officier des renseignements qui aurait dû mourir à Midway, pense lui que le Japon peut évoluer en s’évitant la lente désintégration qui fût la sienne depuis Midway. C’est pour cette raison qu’il s’acharne à faire évacuer les îles que le Japon défendra chèrement jusqu’en 1945, à convaincre des hommes, civils, militaires, politiques de faire des choix et tenter de créer une bombe atomique viable qui devrait être utilisée lors de l’ultime bataille… Ultime bataille que nous vivons depuis quelques tomes et qui se terminera avec le dernier. Nous avons donc affaire à une série qui se mérite, et qui dévoile lentement une subtile toile géopolitique d’un après guerre qui sera bien différent de celui que nous avons connu. Kawaguchi prend donc le parti pris de raconter son point de divergence et de montrer que rien n'est simple, et que le futur pour lequel les hommes se battent et meurent dans Zipang ne peut que se rêver... Et se mériter.


Bertrand Campeis
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?