BD
Photo de Le Réveil du serpent

Le Réveil du serpent

Christophe Lemoine (Scénariste), Jean-Marie Woehrel (Dessinateur), Vulmac (Coloriste)
Aux éditions : 
Date de parution : 31/10/05  -  BD
ISBN : 2723449084
Commenter
jean   - le 31/10/2017

Le Réveil du serpent

Christophe Lemoine arrive du domaine théâtral et signe là un scénario fouillé et bien renseigné. Le dessinateur Jean-Marie Woehrel est un habitué des bandes dessinées historiques (Moi Svein..., Méditerranée) et assure un dessin agréable pour porter l’histoire.

L’Espagne en pleine Inquisition


L’histoire nous montre l’Espagne et l’Europe dirigées d’une main de fer par l’Inquisition. Un ancien soldat, chassé de l’armée, désireux de laisser les armes pour prendre la robe, va se trouver entraîné par les événements et surtout par l’Eglise sur la piste d’un grimoire ancien et mystérieux : l’Evangile selon Judas ! La diffusion de ce livre est imminente et doit être empêchée à tout prix. En effet, s’il était divulgué, ce texte pourrait renverser le clergé et jeter dans le chaos tout le monde civilisé.

L’histoire ne fait que débuter dans ce premier tome, dédié à la présentation des protagonistes et à la description du décor de l’intrigue. Pourtant déjà la route du héros va croiser celles de plusieurs personnages, anonymes ou connus, comme Tirso de Molina ou Don Juan.

Encore un Evangile inconnu

Les scénaristes de bande dessinées n’ont-ils plus aucune imagination ? On ne compte plus les pseudos « romans historiques » dont l’intrigue est basée sur des révélations cachées par l’Eglise. Les Trois Imposteurs n’est certainement pas le plus mauvais, de loin, mais le lecteur a l’impression à chaque instant d’avoir déjà lu des passages de cette histoire dans d’autres albums.

L’originalité globale du scénario est quand même à noter : on ne sait absolument pas, à la fin de ce premier volume, où se trouvent les bons et les méchants, ni si le héros n’est pas complètement manipulé. L’Eglise n’est pas montrée sous son meilleur jour, mais les opposants semblent eux aussi être des personnages abjects qui ne répugnent ni au viol, ni au meurtre d’enfant.

Le Moyen Âge comme si vous y étiez

Le dessin est certainement le meilleur côté de ce livre. Bien renseigné, attentif à chaque détail, le dessinateur sait à la perfection rendre l’atmosphère et la vie de tous les jours de ces temps lointains. Que ce soit pour camper une auberge, dessiner un cachot ou nous faire vivre un combat à l’épée, le trait est précis, clair et l’arrière-plan détaillé. Il est possible de s’attarder sur certaines cases pour y rechercher tout ce que le dessin cache comme informations qui, inutiles à l’histoire, ne servent qu’à l’atmosphère de l’album.

Si vous n’avez pas déjà lu Le Troisième Testament (Glénat aussi) ni Le Triangle Secret (Glénat encore), lisez ce livre. Bien écrit, bien dessiné, il décrit avec une foule de détails un univers qui a existé et dont nous n’avons aujourd’hui qu’une imagerie fragmentaire et biaisée. Il est tout de même regrettable que les auteurs de bandes dessinées ne soient pas capables de trouver d’autres sujets de scénarios.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?