Alain Damasio et les tirages

Commenter

systar a écrit:
Yo Alain,

Que t'inspirent les chiffres de vente de la SF en France? As-tu une opinion, en tires-tu des conclusions sur la qualité de la réflexion du public, sur la société elle-même, ou estimes-tu qu'il ne faut rien en conclure, ni de positif, ni de négatif?

Même question à propos de notre discipline fétiche: certains éditeurs de philosophie parlent de succès pour 1500 exemplaires vendus, parfois ils seraient satisfaits de simplement 500 ventes; les PUF sont annoncées régulièrement au bord du gouffre, etc. Toi qui aimes la philosophie, et qui as fait beaucoup pour y sensibiliser les lecteurs, qu'est-ce que ça t'inspire?


À une époque, avant la TV numérique, on disait que la mire TV faisait 400 000 spectateurs… En SF, la plupart des livres dépassent à peine les 1000 exemplaires et d'excellents recueils de nouvelles comme Retour sur l'horizon, poussés par une personnalité aussi charismatique que Serge Lehman, agrègent moins de 5000 lecteurs. Sur 60 millions de français et combien de francophone ? Ça m'inspire l'angoisse, parfois.

Et c'est dans tous les domaines la même chose : musique, BD, littérature blanche, poésie, théâtre, tellement pire ! En un sens, le milieu SF est privilégié parce qu'il vit, possède un fandom, des revues de qualité, des sites forts, une histoire et des critiques passionnés. Un milieu commun.

Est-ce que nous formons une élite déchue ? Une contre-élite, un marigot d'amateurs s'éclairant eux-mêmes ? Ou est-ce qu'en cumulant les ventes globales de la SF en littérature, les séries TV SF vues, les films (énormément de blockbuster SF), les BD, on se rendrait au contraire compte que le genre est populaire et diffusé ? Qu'il touche un public très vaste ? Je suis enclin à penser ça et à penser que les chiffres individuels des livres sont trompeurs et rendent à tort pessimistes. La production de titres est telle que mécaniquement, les ventes se fractionnent. J'aimerons qu'on raisonne en nombre de lecteurs uniques, come pour les sites et on verrait, peut-être, que la SF touche des millions de personnes ?

Pour la philo, c'est un problème clair d'éducation au concept, à la pensée conceptuelle. Tant qu'on ne mettra pas la philo au programme en seconde avec sensibilisation au collège, ça restera l'apanage d'une élite. On n'amène pas une population à penser en une année de Terminale avec trois heures de cours par semaine. Qu'est-ce t'en penses, prof ? Laughing
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?