Le baromètre des relations auteurs/éditeurs

Commenter

La Scam publie ce matin sur son site le baromètre des relations auteurs/éditeurs.

C'est à lire ici. Les chiffres 2009 sont ceux de leur enquête menée au début de l'année dernière.

Voici quelques extraits :

# • 75 % des auteurs perçoivent entre 5 % et 12 % du prix de vente, ils étaient 70 % l’année dernière ; mais cette augmentation est due à une baisse du nombre d’auteurs percevant plus de 12 % du prix de vente (ils sont 7% cette année, contre 10 % l’année dernière).



# • Si 68 % des contrats comportent un à-valoir (proportion en légère augmentation), l’écart entre les montants se creuse. Ainsi, les à-valoir supérieurs à 3 000 euros représentent 37 % des cas (32 % en 2009), et les à-valoir inférieurs à 1 500 euros représentent désormais 30 % (25 % en 2009).



# • lorsque la reddition des comptes est effectuée, elle n’est accompagnée d’un règlement des droits que dans 47 % des cas (55 % en 2009).
• le délai d’envoi des relevés de comptes s’allonge. Dans 43 % des cas, cet envoi a lieu entre trois et cinq mois après l’arrêté des comptes, alors qu’il ne représentait que 38 % en 2009.
• la moitié des auteurs doit toujours écrire pour réclamer les comptes alors que la loi impose à l’éditeur de les adresser tous les ans.
• pour la moitié des auteurs, les relevés de comptes transmis par les éditeurs ne sont ni clairs, ni complets.

# • 69 % des auteurs se déclarent satisfaits des relations avec leurs éditeurs (ils étaient 60% l’année dernière). 31 % se disent insatisfaits, parmi eux 6 % déclarent même ces relations conflictuelles (9 % en 2009). Cependant, cette satisfaction globale est à pondérer selon la nature du travail ; les évaluations varient considérablement. Si les relations et le travail en amont de la création sont plutôt bien notés, en revanche en aval, lorsque les livres sont imprimés, qu’ils arrivent dans les librairies et que commence le travail d’exploitation commerciale et de communication, les notes s’effondrent.
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?