Une interview de Karen Miller

Commenter

Le site Elbakin a mis en ligne une Interview de Karen Miller qui date des Utopiales 2008. L'auteur du Royaume de Lu revient sur sa nouvelle série.


"Vous avez décidé de publier votre nouvelle série Rogue Agent sous le nom de K.E. Mills. Je sais que c’est généralement fait quand un auteur écrit quelque chose de complètement différent de son travail habituel et veut le séparer de ses ouvrages "normaux". Toutefois, il semble que l’éditeur était très ouvert sur le fait que vous étiez K.E. Mills, et je me demandais si ça valait vraiment la peine d’utiliser un nom différent ? Pourriez-vous nous donner un aperçu de comment vous en êtes arrivée à l’autre nom ?
Karen Miller : Le nom de plume a été suggéré par l’éditeur australien de la série, parce que c’est un autre genre d’affaire comparé aux livres que j’ai écrit en tant que Karen Miller. Ces livres sont plus de la Fantasy historico-épique, et ils sont auto-contenus dans des arcs, que ce soit une duologie ou une trilogie. La série Rogue Agent est plus comme une série de romans policier – des aventures autonomes avec toujours la même palette de personnages. Le contexte temporel est différent – je me sers de l’Angleterre victorienne/édouardienne comme toile de fond culturelle, par opposition à des sociétés plus vieilles comme l’Europe de la Renaissance ou à des civilisations anciennes comme la Perse, Sparte et Babylone. Et du point de vue du ton, ils sont aussi différents. Je pense que si vous comparez Empress et Accidental Sorcerer, vous pouvez voir que bien qu’il y ait une part d’ombre dans le monde de Rogue Agent – parce que j’inclus toujours une part d’ombre – il y a aussi des éléments plus gais, grâce aux personnages et à leurs relations. Quand la série a été vendue à Orbit, mon éditeur américain/britannique, ils ont été d’accord avec cette façon de voir les choses mais ils voulaient aussi que les fans de Miller sachent que je faisais quelque chose d’un peu différent. Les livres de la série Rogue Agent formeront un ensemble cohérent – ils ont vraiment un ton et une voix particulier – tandis qu’en tant que Karen Miller, je changerais peut-être un peu les choses. Mais j’ai un lectorat très étendu, donc c’est plus l’idée d’une marque que le besoin d’entretenir le mystère."
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?