Le Démon miroir
( 2 )
de Laurent Genefort
aux éditions Degliame
Genre : Fantasy

Auteurs : Laurent Genefort
Illustrations : Philippe Caza
Date de parution : novembre 2000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 136
Age minimum : 9 ans
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Laurent Genefort

Où Alaet découvre ce que dissimulent les reflets

Deuxième aventure d’Alaet dans la collection du Cadran Bleu, Le Démon miroir nous fait une nouvelle fois quitter les murs de Karnab, la capitale où le jeune voleur officie journellement. Ce roman (au format court comme les autres aventures au Cadran Bleu) nous fait découvrir plus avant l’étrange monde de Wethrïn, plat comme une galette, ainsi que les djinns, ces esprits, captifs des cavernes froides, qui investissent occasionnellement un corps ou un objet dans le monde des vivants. Cette fois, le jeune voleur de Karnab sera donc associé à un djinn incarné dans un tapis volant : Qsaffah, avec lequel il voyagera à travers le monde entier (voire au-delà) en utilisant de bien étranges portes magiques...

Les passe-miroirs

Quand Zinedine lui fait parvenir un message magique laconique demandant son aide, Alaet ne tergiverse pas : il doit secourir son ami coûte que coûte. Heureusement pour lui, il peut compter sur Qsaffah, un djinn vieux de près de deux millénaires et qui a pris l’aspect avantageux d’un tapis... mais pas n’importe quel tapis : un tapis volant ! A eux deux, ils vont s’infiltrer dans la demeure du sorcier Nevruck qui a fait Zinedine prisonnier. Mais ce sorcier a une manie : il collectionne les miroirs, dont il a un usage tout à fait personnel puisqu’ils lui servent de point pour se téléporter d’un endroit à un autre.

Tentant de piéger le sorcier, Alaet et Qsaffah enchaînent un miroir par lequel Nevruck ne tarde pas à se manifester. Malheureusement, la tentative échoue : le miroir se brise et tout juste parviennent-ils à piéger Nevruck à l’intérieur des morceaux du miroir, dispersés à travers le monde entier selon les portes magiques. Pas d’alternative que de se mettre en quête des fragments, à travers les miroirs de Nevruck. Une entreprise pour laquelle ils seront aidés d’un étrange chevalier, prisonnier de son armure, et qui a juré la mort du sorcier...

Pas l’aventure la plus excitante du petit voleur de Karnab

Comme toutes les aventures d’Alaet, ce roman se lit d’une traite, sans sourciller. Si le premier tiers est particulièrement réussi -la rencontre avec Qsaffah notamment, un personnage haut en couleur-, la suite du livre a un côté systématique moins emballant : à chaque utilisation d’un nouveau miroir magique, la destination d’Alaet et ses amis est plus étrange ou plus inattendue. Mais à l’exception de l’histoire de l’homule Dionyse, qui s’est vu planter un fragment de miroir au milieu du front alors qu’elle se mirait dans l’eau d’un lac, les autres épisodes de la quête des fragments du miroir brisé de Nevruck manquent un peu d’originalité. Certains problèmes se solutionnent grâce à des automatismes parfois un peu grossiers, comme le problème des doubles d’Alaet, générés lors de son passage au travers d’un miroir à trois faces. Ces critiques font que Le Démon miroir n’est clairement pas l’aventure la plus excitante ni la plus indispensable du petit voleur de Karnab. Pour autant, elle participe d’un tout, et pour les lecteurs assidus des aventures d’Alaet, elle embellit encore l’univers de Wethrïn que Laurent Genefort brosse dans ces romans. Que ceux-là ne se privent surtout pas : le plaisir est toujours là.

Laurent Deneuve