- le  
La Guerre des trois rois - Le Mot de Jean-Laurent Del Socorro
Commenter

La Guerre des trois rois - Le Mot de Jean-Laurent Del Socorro

A l’occasion du lancement de la campagne Ulule des éditions Actusf pour leur nouvelle collection Actusf Graphic, retrouvez l'univers de Jean-Laurent Del Socorro dans un récit inédit : La Guerre des trois rois.

A noter que vous pouvez participer à ce crowdfunding jusqu'au 7 juin prochain.

ActuSF : Comment est née cette nouvelle histoire de la compagnie du chariot ?

"Mais ce n’était qu’un début. Je voulais une histoire où Axelle, une des personnages principaux de Royaume de vent et de colères, soit encore présente dans la compagnie. Je voulais aussi un récit qui permette à ceux qui n’ont pas lu le roman de rentrer dans cet univers."

Jean-Laurent Del Socorro : Cela faisait un moment que je voulais revenir dans l’univers renaissance de Royaume de vent et de colères. Très vite, j’ai été tenté de creuser un peu plus du côté de la bande de lansquenets, la compagnie du Chariot. J’ai commencé un peu dans la nouvelle Le Vert est éternel, parue dans l’anthologie 2016 des Utopiales puis dans l’édition collector du roman, qui décrit une aventure de la compagnie autour du personnage de N’a-qu’un-œil.
Mais ce n’était qu’un début. Je voulais une histoire où Axelle, une des personnages principaux de Royaume de vent et de colères, soit encore présente dans la compagnie. Je voulais aussi un récit qui permette à ceux qui n’ont pas lu le roman de rentrer dans cet univers. Peu à peu, en faisant des recherches historiques, j’ai découvert la période des guerres de religion dite Guerre des trois Henri (Henri III de France, Henri Duc de Guise et Henri de Navarre, le futur Henri IV). La période était riche en évènements (Barricades à Paris, assassinats..) et collait parfaitement pour faire apparaitre Axelle comme capitaine de la compagnie. Il ne restait plus qu’à écrire La Guerre des trois rois, en y ajoutant quelques nouveaux personnages et quelques clins d’œil pour ceux qui auraient lu le roman.

ActuSF : Comment avez-vous rencontré Marc Simonetti et comment est venue l'idée de travailler ensemble ?

Jean-Laurent Del Socorro : Nous nous sommes croisés sur une table ronde à la médiathèque d’Annecy et le courant est tout de suite passé. J’ai toujours adoré son travail sur les couvertures des romans de science fiction et de fantasy. J’ai été surpris de son humilité par rapport à son parcours conséquent dans l’illustration et son travail de concept artist pour le cinéma. Nous avons discuté et j’ai découvert que nous habitions à moins de 40 kilomètres l’un de l’autre.
Nous avions envie de travailler ensemble. J’ai réfléchi à un projet sur lequel nous pourrions collaborer, et quand la collection Graphic a émergé, je lui ai tout de suite proposé d’illustrer une nouvelle dans l’univers de Royaume de vent et de colère. Il a accepté et l’aventure a commencé.

ActuSF : Vous avez échangé de quelle manière sur ton histoire et ses dessins ?

"Je voulais aussi que Marc Simonetti se sente libre de proposer des images qui répondent à mon texte… voir que je réécrive du texte pour coller à ses images. On y travaille encore."

Jean-Laurent Del Socorro : J’avais une idée assez précise de l’approche à prendre. Je ne voulais pas de simples illustrations, mais des dessins qui répondent vraiment au texte. Ainsi, dans la nouvelle, le personnage de Tremble-Voix, dessine. Les lecteurs découvrent ses croquis dans le livre en même temps que les autre héros du récit, sous la forme de crayonnés dans le journal de la compagnie.
Je voulais aussi que Marc Simonetti se sente libre de proposer des images qui répondent à mon texte… voir que je réécrive du texte pour coller à ses images. On y travaille encore. Par exemple, Marc tenait absolument à ne pas faire que du noir et blanc, mais voulais aussi réaliser quatre images couleurs pleine page, façon grandes toiles de peintres flamands. Aussi, pour qu’il puisse le faire, je me suis adapté à son envie et j’ai fait quatre parties à mon texte pour avoir une illustration à l’ouverture de chacune.
On est vraiment sur du ping-pong entre l’image et le texte, et ça enrichit les deux.

ActuSF : Que représente pour vous cet univers de Royaume de Vent et de Colères ? Vous avez d'autres idées d'histoires ?

"Mais d’autres histoires attendent, dont un roman qui nous plongera aux côtés d’un personnage qui est très apprécié des lecteurs : Silas."

Jean-Laurent Del Socorro : J’ai une affection particulière pour lui car c’est l’univers de mon premier roman. J’ai hésité puis me suis retenu de ne pas replonger tout de suite dedans juste après Royaume de vent et de colères. Il fallait laisser mijoter tout ça dans un coin. Une chose était sûre, j’allais y revenir, d’autant plus que certains lecteurs étaient également demandeurs.
C’est chose faite avec La Guerre des trois rois. Cela a été plus difficile que prévu, car j’ai du m’intégrer à un cadre de références et temporel fort (celui du roman). Je voulais également un récit accessible aux nouveaux lecteurs mais avec quelques surprises pour ceux qui connaissent Royaume de vent et de colère. Et je crois – et j’espère – que ces derniers ne seront pas déçus.

Mais d’autres histoires attendent, dont un roman qui nous plongera aux côtés d’un personnage qui est très apprécié des lecteurs : Silas. Un personnage secondaire de Royaume de vent et de colères mais qui intrique beaucoup de monde. Je reviendrai à la fois sur ses origines, mais aussi sur ce qu’il devient après le roman. L’écriture a à peine commencé, il faudra patienter encore un peu pour que cette nouvelle histoire voit le jour.

ActuSF : Qu'espèrez-vous avec ce crowfunding ?

Jean-Laurent Del Socorro : Le livre dans sa forme de base de la collection Graphic est déjà très beau. Le financement permettra d’améliorer l’objet encore davantage. Et puis en fonction des paliers qui seront atteints, des améliorations vont émerger (un dessin sur la garde du livre, un coffret…), encore des options qui vont permettre à Marc et moi de raconter un peu plus cette histoire à travers les images que nous choisirons de rajouter.

à lire aussi

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?