- le  

Le livre des Martyres 2 Les Portes de la Maison des Morts

Steven Erikson (Auteur), Marc Simonetti (Illustrateur de couverture)
Langue d'origine : Anglais canadien
Aux éditions : 
Date de parution : 16/11/2018  -  livre
voir l'oeuvre
Commenter

Le livre des Martyres 2 Les Portes de la Maison des Morts

Steven Erikson est un auteur canadien né à Toronto le 7 octobre 1959. Archéologue et anthropologue de formation, il puise ses inspirations dans les récits mythologiques et ses univers sont emprunts de Gestes comme l’Iliade. Loin de coller aux clichés de la fantasy, ses personnages sont très travaillés et les bons côtés comme les mauvais apportent une jolie couleur à ses romans. Son œuvre principale, Le livre des Martyrs, est une saga épique publiée ces derniers mois aux éditions Leha .

La révolution dans le sang

Ce deuxième volet de cette aventure va nous emporter sur les chemins d'une guerre fratricide, le Tourbillon, un conflit sanglant tel que le continent des Sept-Cités n’en a jamais connu. Ces épreuves jettent sur les routes des milliers de civils qui fuient cette tuerie sans limite.

A Hissar, Coltaine qui commande la 7ème armée de Malaz tente de rallier Aren pour sauver ces réfugiés, alors que la jeune Félisine, trahie par sa sœur Tavore, ne rêve elle que de vengeance. Dans les mines d’Otatarai où elle a été envoyée en esclavage, la jeune femme devra accepter de prendre des compagnons des plus disparates pour arriver à ses fins, tandis que deux Brûleurs de Ponts devenus hors-la-loi, Violain et Kalam, veulent eux la ramener vers la capitale afin de tuer l’Impératrice Laseen. Leurs chemins sont-ils vraiment incompatibles ?

 

Un second tome riche et dense

Dans ce second tome l’auteur impose un rythme qui va crescendo au son des massacres et des tueries sans nom. Rien ne doit arrêter la rébellion qui est en marche. Rien ne sera épargné aux lecteurs, et notamment l’errance des réfugiés, la dureté des marches, les agressions parsemant leur route et l'angoisse qui les ronge malgré tout ce que peut faire pour les sauver ce héros qu’est Coltaine. C’est dur et souvent sans concession. Steven Erikson nous fait toucher toute l’horreur de cette situation.

Et comme cela ne suffisait pas, en plus du récit de Félisine, Steven Erikson, ajoute la Voie des Mains à ce contexte déjà bien difficile. Cette légende poussent les D’ivers et les Solipris, deux races de changeurs de formes, à essayer de dominer l’un de deux protagonistes de cette légende séculaire.

Ouf. Voilà ce qui vous attend dans ce roman qui vous l’avez compris est dense et riche d’intrigues complexes à souhait. Les personnages sont particulièrement travaillés, j’aime beaucoup notamment Coltaine et sa bravoure. Vous allez devoir faire des efforts dans votre lecture pour assimiler et mettre en place toutes les pièces du puzzle de cette histoire mais je vous rassure, le jeu en vaut largement la chandelle. Qui plus est, la plume de Steven Erikson est tellement fluide qu’elle vous emporte dans une flamboyance épique dont vous sortirez essoufflés. D'ailleurs, ce tome finit en apothéose et donne vraiment envie de lire la suite...

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?