- le  

Le Livre des Ombres

Hardoc (Dessinateur), Régis Hautière (Scénariste)
Langue d'origine : Français
Aux éditions : 
Date de parution : 30/06/2006  -  bd
voir l'oeuvre
Commenter

Le Livre des Ombres

Régis Hautière s'est mis au scénario après avoir, pendant des années, fait des critiques de bandes dessinées, et a même été administrateur du festival d'Amiens. Il a à son actif deux one-shots, L’étrange Affaire des Corps sans Vie (2006, avec David François) et Le dernier Envol, avec Romain Hugault, ainsi que de nombreuses séries en chantier : Mister Plumb (premier tome en 2006, avec Renaud Dillies), Pendragon (premier tome en 2005, avec Nacho Arranz et Sylvie Sabater), Dog Fights avec Fraco (2005), Un autre Monde (premier tome en 2006, avec Patrice Le Sourd et Sylvie Sabater) ; le tome 2 de Kaliclès (avec Jesus Redondo) va bientôt sortir.
Hardoc, titulaire d'une maîtrise d'Arts plastiques, a remporté en 1996 le prix du meilleur jeune espoir au festival BD d'Angoulême. Le Livre des Ombres est son deuxième album publié. Il travaille également pour le journal alternatif Fakir, et a collaboré au collectif des nouvelles de Jules Verne en bandes dessinées (2005).

Leurs affaires ne s’arrangent pas…


Les sept repris de justice sont enfin arrivés sur leur terrain de chasse, et pas trop tôt : le poison à effets retardés qu’on leur a fait ingérer pour les forcer à revenir commence à faire effet. Cependant la partie est loin d’être gagnée. Ils sont coincés sur le territoire d’une peuplade qui a toutes les raisons de leurs en vouloir, et à la poursuite d’un jeune garçon qui a des idées très tranchées sur ce qu’il ne veut pas faire… Sans parler du traître parmi eux qui pourrait bien être responsable d’une partie de leurs déboires. Mais qui est-ce ?

Pour le plus grand plaisir du lecteur…


Ce second volume confirme l’opinion forgée sur le premier. Si l’univers est volontairement classique, cela ne rend pas impossible pour autant une approche légèrement différente et tout à fait intéressante. De nouveau, le récit va de rebondissement en rebondissement, et on découvre un peu des personnages, touche par touche, des propriétés qui émergent de leur confrontation constante avec l’adversité. Les personnalités de ces anti-héros ne sont pas extrêmement développés, mais suffisamment cependant pour qu’ils soient intéressants, et Régis Hautière a réussi à trouver un juste milieu entre le comique et les incursions régulières de la mort, bête et sans gloire, qui réinjecte un côté plus terre à terre et plus réaliste.
Le dessin de Hardoc semble avoir trouvé ses marques. Ses personnages semblent plus appartenir au registre de la comédie qu’à celle de la tragédie qui est en train de se jouer, et, de nouveau, le côté pas vraiment étincelant de ces anti-héros est bien rendu. Mais c’est dans ses paysages et ses fonds que le dessinateur se surpasse, et l’on y trouve une véritable profondeur de champ. De plus, les petits apartés animaliers, ainsi que quelques planches aux angles de vue originaux, parviennent à donner une épaisseur à l’environnement des héros, une considération bien rare dans la plupart des albums.
On attend donc avec une certaine impatience la suite de ces aventures...

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?