Littérature jeunesse: fin du Ricochet?

Commenter

J'apprends ça. Certains sont-ils au courant de ce que c'est? des enjeux?

http://www.lunion.presse.fr/article/ardennes/litterature-de-jeunesse-dernier-acte-pour-le-cielj

Oncle Joe

Le Centre international d'études en littérature de jeunesse a fait l'objet d'une discrète liquidation judiciaire il y a quelques semaines. Que vont devenir les actifs de l'association ?

DEPUIS quelques semaines, la rumeur d'une aggravation de l'état de santé du CIELJ courait dans les alcôves mais, cette fois, il semble que le malade soit passé subitement de l'état de mourant à celui du décès constaté des suites de graves difficultés financières.
Un œil jeté hier sur le forum du site ricochet-jeunes.org (vitrine du CIELJ d'influence internationale sur internet) nous a permis de voir que des contributeurs réguliers s'inquiétaient de ne plus avoir de réponses à leurs mails. « Que sont devenus Charlotte et Dimitri ? », s'inquiète un internaute.

Association largement subventionnée


Eh bien, renseignements pris, Charlotte Javaux, initialement responsable éditoriale, et Dimitri Iberraken, webmaster, qui étaient les deux derniers salariés (après la démission du dernier directeur en date), ont fait l'objet d'une mesure de licenciement économique… à la suite de la liquidation judiciaire du CIELJ prononcée en septembre par le TGI de Charleville-Mézières. Les locaux, que l'association louait à l'IFTS, sont fermés et le téléphone ne répond plus. Me Brucelle a été désigné comme mandataire judiciaire. Les actifs de l'association sont donc en vente, à savoir un stock d'environ 40 000 livres pour la jeunesse rassemblés depuis les années 60-70 et un site internet qui est devenu en une quinzaine d'années une référence quasi mondiale (trilingue) en matière de littérature de jeunesse pour la qualité de ses fiches-critique, de ses analyses, de ses dossiers, etc.
Même si vu de l'extérieur, le CIELJ et son site internet n'apparaissaient pas d'une manière très démonstrative comme étant un fleuron intellectuel ardennais (les logos du conseil général des Ardennes et de la Région Champagne-Ardenne sur la page d'accueil du site sont relativement discrets), il n'empêche que l'association a été largement subventionnée par de l'argent public local, départemental et régional et qu'il serait dommage que ce patrimoine tombe aux oubliettes. Mais, si l'on poursuit la lecture du forum du site Ricochet, on note une contribution du 12 octobre signée Delessert (Etienne Delessert est le président du CIELJ) qui dit qu'une solution aurait été trouvée pour « assurer la pérennité du site et permettre des développements ». Comme Etienne Delessert est un illustrateur de littérature de jeunesse bien connu, suisse mais vivant aux Etats-Unis, nous n'avons pas encore pu le joindre pour lui demander ce que signifie cette solution. Pas sûr qu'elle soit ardennaise…
Certes, la liquidation judiciaire (sans passer par la case redressement) d'une structure qui n'emploie plus que deux personnes n'a pas l'impact économique des fermetures que l'on a connues dans la Vallée de la Meuse ces dernières années mais beaucoup trouveront douloureux ou très dommage que cette belle aventure doive s'arrêter là, au moins concernant son enracinement ardennais.
A suivre.
Patrick FLASCHG0
Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?