- le  
Rencontre fantastique avec Raphaël Crouzat pour la collection Lueurs Obscures !
Commenter

Rencontre fantastique avec Raphaël Crouzat pour la collection Lueurs Obscures !

« Il est des temps et des endroits que seule la lune peut faire apparaître. Elle est alors cornue, gibbeuse ou ronde comme un œil d’une grosseur obscène, blafarde, rousse ou bleutée. »

Actusf : Bonjour Raphaël et merci de prendre la parole sur le site ! Pour commencer, pourriez-vous vous présenter ainsi que votre structure pour nos lecteurs ?

Raphaël Crouzat : Et bien je suis le fondateur de Ogmios Éditions, une maison qui a maintenant 3 ans. Ogmios est une maison spécialisée dans les littératures de l'imaginaire et plus particulièrement dans le fantastique et les récits sombres voir horrifiques. Nous faisons même parfois quelques incursions vers le gore. Il faut dire que j'aime bien tout ce qui est un peu sombre et inquiétant. On a tout de même une collection de fantasy avec Kabuto qui met en avant des récits de fantasy inspirés par le Japon folklorique.

Hormis cela, Ogmios est une maison qui fonctionne essentiellement en circuit court. On est surtout présent en salon, et on peut trouver nos titres, sur notre boutique en ligne, lors de précommandes participatives et à la commande chez les libraires.

Actusf : Vous venez de lancer une campagne de financement participatif sur Ulule, sobrement intitulée « Lueurs obscures ». Pouvez-vous nous présenter les titres en précommandes et leurs genèses ? Comment avez-vous travaillé avec les auteurs ?

Raphaël Crouzat : J'ai choisi de passer par un Appel à Textes ou AT car tout est né au départ de l'envie de mettre en place une série de livres courts qui se lisent en une heure environ. Le genre d'histoires que vous pouvez lire le soir, même après avoir regardé un épisode d'une série ou un film, ou encore en journée dans les transports. Je voulais vraiment quelque chose qui se lise vite tout en étant qualitatif. Ce n'est pas aussi intimidant que de se lancer dans un gros roman ou une grande saga et de plus en plus de lecteurs et lectrices autour de moi me disent souvent qu'ils ou elles ne lisent pas ou plus, manque de temps. Pourtant c'étaient des lecteurs assidus et je me suis dit qu'en proposant ainsi un format court ça permettrait à ces personnes et toutes celles et ceux qui ont moins de temps à consacrer à la lecture de reprendre un peu le contact.

Bref, donc il me semblait logique de faire un appel à textes avec des précisions sur ce que je voulais en termes de signages, de genre d'histoire etc... Car bien qu'étant courts, ces textes devaient être des histoires complètes, agréables à lire, avec des personnages bien construits et des scénarios bien ficelés qui ne donnent pas l'impression d'être fait à la va-vite ou bâclés.

Et donc après avoir lancé l'appel à texte en 2019, j'ai fini par sélectionner 3 textes, « La Sentinelle » de Jean-Pierre Favard, « L'Île aux Moines » de Pascal Malosse et « Marie de Pluie » de Pauline Sidre.

Après avoir fait la sélection des textes, on a travaillé sur ces derniers de façon classique je dirais. Nous sommes 2 (avec Hermine Hémon) à avoir fait le travail éditorial, les retours et corrections sur le fond du texte, afin de le « servir ». C'est un peu étrange ce n'est pas à proprement parler de « l'amélioration » du texte bien que ce soit un peu le but poursuivi, mais ça consiste surtout à faire en sorte qu'il forme un tout cohérent, qui soit fluide, avec des tournures de phrases agréables etc... Cette étape se fait vraiment main dans la main avec l'auteur ou l'autrice. Au niveau éditorial on signale certains éléments, on donne une orientation etc.… afin d'aider la personne qui a écrit le texte à le reprendre. Une fois cette étape validée, les manuscrits sont partis en correction orthographique et grammaticale puis pour approbation de l'auteur ou l'autrice.

Du coup pour parler plus avant des textes eux-mêmes, on a donc :

La Sentinelle

C'est une histoire qui verse volontiers dans l'horreur. Un homme, Francis, père de famille vivant aux États Unis, va voir sa vie chamboulée après qu'il ait aidé un vieux voisin à rentrer ses commissions. Après avoir un peu échangé avec ce dernier il va être fasciné, comme attiré par la vieille maison délabrée au bout de la rue. Dès lors commence pour lui une véritable descente aux enfers.

Ce texte est à mon sens dans la droite ligne de ceux de Stephen King.

L'île aux Moines

Ici, tout commence par une enquête policière. Une série de meurtres frappe le monastère de l'île de St Honorat (située en face de Cannes) et les autorités envoient en renfort l'inspecteur Laugier, connu pour avoir résolu nombre d'affaires. Ce dernier aura fort à faire pour résoudre « les meurtres impossibles » et sera notamment confronté à la superstition des moines.

Ici je trouve que l'on est vraiment dans l'enquête avec une pointe de fantastique en fond, suffisamment pour rendre l'histoire étrange sans pour autant la rendre totalement impossible.

Marie de Pluie

C'est une histoire de famille et de malédiction. Elsa et Lucas se rendent sur les terres de leur grand-père à la suite de son décès. Elsa va alors découvrir la tombe d'une étrange Marie dans le cimetière familiale, alors qu'hormis elle, il n'y a que des hommes dans la famille. Fascinée, elle va chercher à en savoir plus pendant que son frère lui explore la vieille maison.

Actusf : La collection publiera des « novellas fantastiques aux accents horrifiques ». Pourquoi ce choix exclusif du fantastique ?

Raphaël Crouzat : Et bien le fantastique est un genre que j'apprécie énormément et auquel je suis attaché. De plus je trouve que le format court que je souhaitais se prête particulièrement bien à ce genre et permet de l'explorer.

Je souhaitais mettre en avant le fantastique dans le catalogue d'Ogmios et c'était là une belle occasion que je ne pouvais pas manquer.

Actusf : Comment avez-vous eu l’idée de cette collection ? D’autres appels à texte sont-ils prévus ?

Raphaël Crouzat : Et bien j'y ai déjà répondu en partie du coup. L'idée m'est venu à la suite de nombreux échanges aussi bien des proches que des lecteurs et lectrices croisés en salons. Concernant les Appels à Textes on en a lancé un autre en 2020 pour continuer la publication de ces textes fantastiques et court. Cet Appel à Textes avait un thème plus précis puisqu'il proposait d'explorer le Moyen Âge à travers le filtre du fantastique. Les sélections sont en cours pour l'instant.

Nous lancerons un autre AT pour Lueurs Obscures en seconde partie d'année. On vous spoile mais ça concernera des textes ayant pour cadre la Russie ou devrais-je plutôt dire l'URSS.

Actusf : Je crois savoir que des illustrations sont également au programme, un mot sur ces dernières ainsi que sur les illustrations de couverture ?

Raphaël Crouzat : Alors oui on a prévu d'avoir une illustration à l'ouverture de chaque livre. Je pense que cela aide à se plonger dans l'ambiance d'un texte et apporte un vrai plus à l'objet livre. Or on aime les beaux livres et ce, quel que soit leur format. C'est Yvan Villeneuve qui les a réalisés et il a fait un superbe travail, comme à son habitude !

Selon comment avancera le financement on pourra aussi proposer des illustrations supplémentaires dans les ouvrages, qui prendront la forme de portrait des principaux personnages de ces textes. Ces derniers sont réalisés par Antonin Gallo ! J'avais vraiment accroché à son style et j'avais très envie de travailler sur un projet avec lui. C'était là une bonne occasion et je suis très content du résultat.

Concernant les couvertures, on a travaillé avec Mateusz Michalski pour celle de la Sentinelle. Mateusz avait déjà réalisé la couverture de la ré-édition de Garbage Rampage de Julien Heylbroeck. On avait apprécié de travailler avec lui et son style fonctionne bien avec la novella de Jean-Pierre Favard.

Pour les 2 autres novella leur couverture a été réalisée par Andrey Bakulin. Son style qui se base sur un travail à base de photo amène un peu de réalisme tout en le travaillant pour que le fantastique soit présent.
Enfin on aime bien mettre des petits détails dans les couvertures, des indices sur la présence de l'élément fantastique, ce genre de choses.

Actusf : Pourquoi choisir ce système de financement ? Pouvez-vous nous dire de quelle manière, en tant que petite structure indépendante, la crise vous a-t-elle impactée ?

Raphaël Crouzat : Le financement participatif ou ici plus exactement la précommande participative puisque les textes sont prêts, nous aide à publier des ouvrages qui sinon resteraient un peu plus longtemps à l'état de projet. L'impression est une étape assez coûteuse et là outre nous aider à faire le tirage, cela nous permet aussi de le calibrer afin de ne pas en faire imprimer trop. C'est un double avantage, économique bien sûr, mais aussi écologique puisque l'on coupe moins d'arbres et qu'en évitant la surproduction, on ne met pas de livres au pilon (on ne les détruits pas).

Concernant la crise actuelle et bien comme beaucoup de structures indépendantes qui comptent sur les salons ça a été une année un peu difficile, d'autant plus que nous avons deux titres qui sont arrivés pile au début de la crise : Chaos Ex Machina de Jack Machillot et Le Seigneur Maudit de Julien Schneider.

Ce que l'on voit moins aussi c'est qu'en plus la crise nous a ralenti sur plusieurs projets. Non seulement nous devons nous montrer prudents, mais tous les acteurs sont impactés. Les imprimeurs qui doivent réduire la voilure avec les restrictions sanitaires (moins de personnes sur les chaînes d'impressions notamment), les personnes qui travaillent de chez elles comme celles et ceux qui se chargent des illustrations, des corrections etc... qui doivent parfois garder en plus des enfants (autant vous dire que faire un travail qui demande de la concentration avec un ou plusieurs enfants, c'est presque mission impossible) sans même parler de la tension créée par la situation qui parasite aussi l'esprit de tout un chacun. Bref ici c'est comme bon nombre de personnes finalement, l'impact est assez lourd et sur plusieurs niveaux.

Actusf : Quels sont vos prochains projets littéraires ?

Raphaël Crouzat : On en a plusieurs. On a annoncé en début d'année la réédition d'un autre titre de feu Trash Éditions avec Pestilence de Julien Heylbroeck, où un médecin de la peste sera confronté à une étrange souche inconnue dans un petit village devra enquêter pour comprendre ce qui se joue sous ses yeux.
Julien travaille aussi sur un projet avec nous et ça implique le mot Rampage !

Sinon nous avons un roman d'anticipation, sur un futur proche et sombre avec des éléments empruntés au genre du cyberpunk. On en dira plus là-dessus dans quelques temps.

On a aussi un projet en cours avec un roman se déroulant au Moyen Âge avec des éléments fantastiques forts.
Et enfin cette année verra la publication de la suite du Seigneur Maudit de Julien Schneider et les lecteurs et lectrices pourront enfin connaître la suite des aventures de Takeshi, Murazaki, Akira ; Mariko et Uméo...

Actusf : Où pourra-t-on vous retrouver en dédicace ou salon prochainement, malgré la situation sanitaire ?

Raphaël Crouzat : Et bien on espère que le second semestre y sera plus favorable et que les salons comme les Aventuriales ou les Imaginales pourront se tenir et que l'on pourra vous y rencontrer. Ça nous manque et on a hâte !

à lire aussi

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?