- le  
Vaisseau d'Arcane - Le nouveau roman d'Adrien Tomas
Commenter

Vaisseau d'Arcane - Le nouveau roman d'Adrien Tomas

A l'occasion de la Rentrée de la fantasy 2020 et de la parution de Vaisseau d'Arcane fin août, aux éditions Mnémos, Adrien Tomas revient sur l'écriture de ce nouveau roman.

Actusf : Vaisseau d’arcane, votre nouveau roman, doit paraître fin août aux éditions Mnémos. De quoi celui-ci parle-t-il ? Pouvez-vous nous dire quelques mots sur son intrigue ?

Adrien Tomas : Au Grimmark, la magie est une force indomptable, dangereuse, qui tombe en éclairs et foudroie des malheureux, qui deviennent alors des Touchés. Ils bénéficient de pouvoirs puissants mais leur esprit, leur mémoire et leur volonté sont oblitérés, et doivent être pris en charge par l’Etat qui les affecte à la conduite de trains ou de centrales énergétiques. Quand Solal est frappé par la magie, sa sœur Sof s’oppose aux soldats venus l’arrêter et s’enfuie avec lui dans les steppes glacées des Hurleuses. L’agent spécial Hiéronymus Vénoquist, dit Nym, est chargé de les arrêter.

Actusf : Ce roman se déroule dans le même univers qu’Engrenages et Sortilèges (Rageot), pouvez-vous nous expliquer leurs liens ?

Adrien Tomas : La péninsule du Grimmark est une ancienne colonie de la Tovkie, une nation au-delà des mers concurrente de l’ex-empire de Mycée, où se déroule Engrenages et Sortilèges. Il s’agit donc du même univers, bien que l’histoire ait lieu sur un tout autre continent, où la magie fonctionne très différemment. Mais ça ne m’a pas empêché de placer quelques références…

Actusf : Après Cyrus et Grise, nous suivons Sof et Nym et on ne peut pas dire que leur rencontre soit la plus amicale qu’il soit. Comment les avez vous créés ? Ont-ils suivi la route que vous lui aviez tracé ou vous ont-ils surpris ?

Adrien Tomas : Sof et Nym ont existé avant Grise et Cyrus, en fait. Il s’agissait d’un roman commencé en 2014 que j’avais arrêté très vite après avoir écrit le début : je trouvais le projet un peu trop ambitieux pour moi à l’époque et je n’avais pas encore bien pris le temps de réfléchir à l’univers, donc j’ai préféré le laisser de côté. Il s’agit donc de personnages qui ont pris le temps d’arriver à maturité pendant presque six ans : pour une fois, ils ont pris (à peu près) la direction que j’avais fini par choisir pour eux.

Actusf : Un petit mot sur Solal ?

Adrien Tomas : Solal est une ombre, une sorte de rappel permanent à Sof de ce qu’elle a perdu. Solal était un journaliste brillant, téméraire et incisif, un jeune homme passionné et plein d’ambition - mais tout cela a disparu quand il a été frappé par la magie. Maintenant, il agit et réagit comme un très jeune enfant ou un animal effrayé, et ses crises de panique ou de colère peuvent tout dévaster sur son passage. Mais au-delà des apparences, Solal accomplit son propre voyage…

Actusf : Dans ce roman la magie est omniprésente, mais s’apparente davantage à une malédiction, voir un moyen de réprimer les voix dissidentes… Qu’en est-il vraiment ? Quelle est cette « magie » tombée du ciel ?

Adrien Tomas : Ça, c’est une question pour le tome 2 ! Le système de magie que j’ai inventé pour ce monde est particulier, et je le distille à petites touches dans les romans de cet univers. Engrenages et Sortilèges tourne beaucoup autour de l’arcanium, le minerai qui alimente les sorts des mages et les machines des mécaniciens. Dans Les Hurleuses, l’arcanium est un matériau hautement instable et la magie surgit en orages chaotiques. Et pourtant, il s’agit de la même magie. Pourquoi, comment ? Je répondrai à ces questions dans le second tome.

Actusf : Magie et… Technologie semblent en opposition. Mais peut-être pas tant que ça... Quels rapports entretiennent-elles ?

Adrien Tomas : La magie et la technologie sont très opposées dans Engrenages et Sortilèges, mais c’est un peu différent dans Vaisseau d’Arcane. Au Grimmark, l’arcanium est trop instable pour servir de source d’énergie, ce qui interdit la technologie et la sorcellerie telles qu’employées en Mycée. La technologie et la magie grimmoises sont donc imbriquées : les Touchés alimentent des centrales énergétiques permettant d’utiliser leur pouvoir pour alimenter la technologie locale.

Actusf : Ce nouveau roman vous a-t-il permis d’aborder des sujets qui vous tiennent à cœur et que vous n’aviez pas encore eu l’occasion de traiter ? Je pense à la liberté d’expression et à la censure notamment. Selon vous quelles sont les idées fortes de ce nouveau roman ?

Adrien Tomas : Selon moi, un roman a pour vocation de poser des questions sans forcément apporter des réponses. C’est aux lecteurs, s’ils le souhaitent, d’y réfléchir et de s’emparer des thématiques abordées. Dans Vaisseau d’Arcane, j’aborde entre autre la liberté, la corruption, la différence et l’ouverture ou, au contraire, la fermeture vis-à-vis d’elle.

Actusf : Peut-on voir Vaisseau d’arcane comme une critique de notre société actuelle ? De certains de ses biais ?

Adrien Tomas : Là encore, je pense qu’un roman d’imaginaire qu’on peut immédiatement interpréter comme une critique directe de la société s’est planté quelque part. Pour moi, l’intérêt de l’imaginaire est de faire preuve de finesse, de faire réfléchir les lecteurs sans pour autant faire entrer de force nos propres conclusions dans leurs esprits. Je pose des questions sur notre société actuelle, à travers la manière dont est gouverné le Grimmark, les rapports entretenus entre les humains et vis-à-vis des autres espèces, la crainte qu’inspirent les Touchés… Mais ce n’est pas à moi d’y répondre.

Actusf : Avez-vous eu des sources d’inspiration en particulier ? Cinématographique ? Littéraire ? Je pense par exemple à la ville rebelle de Mortal Engines.

Adrien Tomas : L’ouvrage « Abysses » de Claire Nouvian a fortement inspiré tout un pan de mon univers. En-dehors de cela, je n’ai pas identifié de source d’inspiration claire (et je n’ai toujours pas vu Mortal Engines, honte sur moi).

Actusf : Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

Adrien Tomas : Je viens de terminer la « suite » d’Engrenages et Sortilèges, qui sortira aux éditions Rageot l’année prochaine. Je commence un très chouette projet de commande, mais pour le moment je ne peux pas trop en parler.

Actusf : Où peut-on vous rencontrer dans les mois à venir ?

Adrien Tomas : Aux Halliennales, les 4 et 5 octobre prochains.

à lire aussi

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?