Livre
Photo de La Vermine du Lion

La Vermine du Lion

Michel Koch (Illustrateur de couverture), Francis Carsac ( Auteur)
Aux éditions :   -  Collection : 
Date de parution : 31/10/04  -  Livre
ISBN : 2754401490
Commenter
Magda   - le 20/09/2018

La Vermine du Lion

François Bordes (1919 – 1981) a été maître de recherche en préhistoire au CNRS et l'auteur de plus de deux cents articles et ouvrages sur ce sujet. Mais il a également, sous le pseudonyme de Francis Carsac, publié six romans (1954 à 1967: Ceux de nulle part, Les Robinsons du cosmos, Terre en fuite, Ce monde est le nôtre, Pour patrie l'espace et La Vermine du Lion) ainsi qu'une vingtaine de nouvelles de science-fiction. Le présent volume rassemble les deux nouvelles mettant en scène le géologue Teraï Laprade (Dans les Montagnes du Destin, 1977 et Les Mains propres, 1981), avec le roman qui lui est consacré (La Vermine du Lion, 1967).

L'homme parfait ?

Téraï Laprade est un géant sportif, avec l'esprit aussi développé que le corps puisqu'il est géologue de profession et auteur d'une brillante thèse. Mais n'allez pas croire qu'il pourrait être recruté pour représenter le surhomme idéal d'une quelconque « race » humaine: il est métis d'au moins quatre populations très différentes, et fier de l'être. Il est aussi le propriétaire (ou le frère, ou l'ami) d'un lion génétiquement amélioré, unique en son genre depuis que des fanatiques ont détruit le laboratoire des parents de Laprade et assassiné ceux-ci. Employé par le Bureau International des Mines, agence gouvernementale un peu trop puissante et habituée à obtenir ce qu'elle veut, même s'il faut passer quelques indigènes au rouleau compresseur pour cela, il va découvrir jusqu'où peuvent aller ses patrons pour quelques grammes de métal en plus... Et sur Eldorado, il va basculer définitivement du côté des indigènes, même s'il doit pour se faire s'opposer à sa propre espèce.

Un véritable souffle épique et humaniste

Téraï Laprade a tout pour être un héros de roman d'aventure simpliste : son physique, sa force, son intelligence peu commune, son grand coeur et son extraordinaire force de caractère. Sauf qu'il est également expansif, parfois violent et enclin aux extrêmes... Autour de ce personnage monumental François Bordes va tisser une aventure humaniste, dénonçant le racisme et le colonialisme sans se voiler la face sur le manque d'efficacité des agences « humanitaires » face aux conglomérats économiques. Le combat de Laprade contre le B.I.M., loin des tergiversations de la Lynne Christie de Mary Gentle dans Les Chroniques de Carrick V, pourtant dans une situation similaire, est celui d'un homme sans détours, prêt à aller jusqu'au bout pour ce qu'il croit juste, quels que soient les moyens (la scène de règlements de comptes dans le bar est l'un des premiers signes, et la toute fin est extrêmement cruelle) pourvu que cela fonctionne. Mais l'auteur ne sacrifie pas pour autant au mythe du bon sauvage (Les Mains propres), ou à une homogénéisation simplificatrice des civilisations indigènes. Eldorado est une planète sauvage, parfois cruelle, dont la faune ne pardonne pas plus que les habitants. Le roman a vieilli, oui, mais il garde le souffle épique d'aventures réalistes en forêt vierge, faisant penser à Papillon, aux romans autobiographiques d'André Cognat, à Stefan Wul ou à The Mission de Joffé, un zeste d'aventures moins sérieuses et d'amour, mais également suffisamment de tragédie pour pouvoir être crédible. Un héros à découvrir, avec peut-être une réserve : la nouvelle d'introduction, Dans les Montagnes du Destin, est moins profonde et passionnante que ce qui suit, et (mais c'est mon avis personnel), en révèle un peu trop sur ce qui va suivre. Ne jugez pas sur ce premier échantillon, la suite vous montrera que François Bordes était l'un des grands auteurs francais de science-fiction.

Genres / Mots-clés

Partager cet article

Qu'en pensez-vous ?