Livre
Photo de American Elsewhere

American Elsewhere

Aux éditions : 
Date de parution : 26/09/18  -  Livre
Commenter
genneteauthomas   - le 23/08/2020

Welcome to Wink !

Robert Jackson Bennett a obtenu le prix Shirley Jackson du meilleur roman en 2013 pour son quatrième œuvre : American Elsewhere.Il faut dire que gagner des prix est une habitude pour M. Bennett ! Prix Shirley Jackson du meilleur roman en 2010 et prix Sydney J. Bounds de la meilleure nouveauté en 2011 pour Mr. Shiver. Prix Edgar du meilleur livre original en 2012 pour The Company.

Plus récemment, il écrit la trilogie The Divine Cities et une nouvelle série The Founders, dont le dernier tome a été publié cette année aux Etats-Unis. Une novella sort le 27 août 2020 : Vigilance chez Le Belial'.

Robert Jackson Bennett est donc un homme aux grandes ressources capable de produire des œuvres SFFF de grandes envergures. American Elsewhere pèse plus de 600 pages. Facile pour les amateurs de SFFF mais aussi très accessible pour ceux qui n'en ont pas l'habitude. Le style est très doux et le récit captivant.

Under the Town

Mona Bright est une femme au passé torturé. A la mort de son père, qu'elle n'appréciait que pour lui avoir appris la maîtrise du tir au fusil, elle hérite d'une maison dont elle ne connaissait pas l'existence. Le plus curieux est que celle-ci appartenait à sa mère, Laura Bright Alavarez, décédée voilà quelques décennies. C'est au beau milieu des objets abandonnés de son père que Mona découvre un carton de souvenirs sur lequel est inscrit Laura. Trop de mystères s'accumulent autour de sa mère.

Mona se rend à Wink, Nouveau-Mexique, et prend possession de sa nouvelle demeure afin de restaurer le passé de sa mère. Elle découvrira une ville bien étrange aux aspects de rêve américain d'après-guerre, avec ses habitants tout aussi curieux et étrangement heureux. Une ville hors du temps, pas tout à fait ici, ni tout à fait ailleurs.

Son nouveau foyer, ses nouvelles relations et un laboratoire de recherche Top-Secret lui révèleront une toute autre perception d'elle-même et de notre univers. Pendant ce temps, une famille bien particulière se déchire à Wink, provoquant l'arrivée imminente d'une menace.

A la recherche du bonheur (perdu ?)

Il est bien un terme qui convient à notre époque : la perception.

La perception de nous-même par les autres, la satisfaction de l'image que l'on renvoie. Sommes-nous pour autant légitimes à juger le bonheur de nos contemporains ? Ne serait-ce pas orgueilleux ? Le bonheur n'est-il pas la perception éphémère de ce que nous recherchons, ou plutôt de ce que recherche l'autre ? L'afficher en public par tous les moyens possibles n'est-il pas vaniteux ? Le regarder avec envie n'est-il pas du voyeurisme ? Cette course au bonheur et à sa perception ne risque-t-elle pas de détruire nos âmes ?

Par ailleurs, pouvons-nous être conscient qu'il puisse exister d'autres plans dans notre réalité, et accepter la perception dans ceux-ci ? La fourmi a-t-elle conscience du plan de réalité que perçoit la girafe ? Les humains isolés dans de jolies vallées vertes ont-ils conscience de la perception de la réalité de leurs contemporains vivant dans les déserts chauds d'Afrique ou froids des grandes villes ? Sont-ils heureux ? Sommes-nous heureux ? Qu'est-ce que le bonheur ?

Voilà les questions sociales, philosophiques et parfois même quantiques que soulèvent Robert Jackson Bennett. Bien entendu, tout ceci est saupoudré d'actions, d'intrigues, d'angoisses, de drames, de SF, de fantastique et parfois de rires.

"La familiarité engendre le mépris. […] Ca veut dire que lorsqu'on en vient à bien connaître une chose - n'importe laquelle -, on a tendance à moins la convoiter. Si tu voulais l'amour de Mère, mon frère, je te l'aurais librement laissé. Parce que, pour être honnête, j'en avais assez."
Un autre thème court tout le long du livre en restant proche de celui de la recherche du bonheur et de sa perception : la famille. Qu'advient-il d'une famille déchirée ? Des enfants abandonnés par leur propre mère trouveront-ils la voie du bonheur ? Cette voie n'est-elle pas qu'une perception égoïste engendrant de la jalousie ou du mépris ?

L'influence de Stephen King est omniprésente. Robert Jackson Bennett est un enfant des eighties après tout ! Une ville perdue au milieu de nulle part. Des personnages principaux, secondaires et parfois tertiaires décrits avec exactitude et délicatesse, dénonçant ainsi discrètement quelques-uns de nos problèmes de société moderne. Et paf la société ! Cela n'enlève en rien au rythme haletant de la lecture, ça ne la rend que plus fascinante. Quel plaisir !

La couche scientifique ne déplaira à personne, compliquée mais plausible. Le champ d'application de la physique quantique est un vrai puit d'idées pour la SF. Les mises en action et les descriptions d’événements paranormaux sont absolument bien rédigées ne demandant aucun effort particulier pour visualiser la scène. C'est très agréable.

Pour conclure, ce roman peut avoir plusieurs lectures.
La première, en mode page-turner. Il devient un vrai blockbuster à la hauteur des grands romans de SFFF. Les scènes d'actions et d'intrigues ne manquent pas et les rebondissements sont plutôt originaux. D'ailleurs, il semblerait que la BBC ait signé une adaptation télévisuelle.
La seconde, celle que je préfère, en se posant toutes les questions précédentes et en tentant d'y répondre, ou, du moins, de mieux les appréhender. Ceci dépendra bien évidemment de l'expérience passé et de la sensibilité de chacun des lecteurs concernant les thèmes abordés.
Quoi qu'il en soit, au sortir de Wink, on ferme le livre avec le sourire, plein de rêves ambitieux, de promesses de changement et un peu de nostalgie.

Thomas Genneteau

Partager cet article

Vous pourriez intéressés par

Qu'en pensez-vous ?